Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
23 Fév 2016 | Pression normative
 

Revue de presseLevée de bouclier dans les médias au lendemain des déclarations de Marisol Touraine appelant de ses vœux « un paquet neutre à 10 euros » (voir Lmdt de ce jour, des 22 et 21 février). Des journaux aux émissions-débats, entre hier et ce matin, trois mouvements d’opinion s’en dégagent : pour, évidemment …, le lobby anti-tabac. Contre, les buralistes, très remontés. Quant aux auditeurs (fumeurs ou non-fumeurs) ils sont très dubitatifs sur l’efficacité d’une mesure qu’ils jugent hypocrite et très franco-française …

•• Le lobby anti-tabac

• Assurant, de fait, le leadership du lobbying anti-tabac, Michèle Delaunay a fait la tournée des plateaux (Sud Radio, le 12/13 de France 3 Aquitaine …), en déclinant mot à mot son communiqué de presse (voir Lmdt de ce jour) : « courage » de la ministre de la Santé, « soutien des parlementaires et associations anti-tabac ». Histoire de rappeler, tout de même, que la « popularisation » du paquet à 10 euros est le résultat de son combat et de ses amendements. En revanche, elle s’est fait bousculer par les « Grandes Gueules » de RMC : « et pourquoi pas une décision tout de suite ? » (Jacques Maillot, fondateur de Nouvelles Frontières) ; « ça va baisser un trimestre et ça va repartir, même avec les jeunes ! » (Claire O’petit) ; « moi, mes élèves ils fument du shit, l’image est plus cool ! » (Fatima Aït Bounoua, professeur de français). Ses explications sur la « complexité de la politique » et la « puissance du lobby » (cigarretiers et buralistes) tombant complètement à plat.

• L’ancienne ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a usé du même ton face à Jean-Jacques Bourdin sur RMC : « j’ai échoué parce que la lutte est totale entre Bercy et la Santé (…) je soutiens Marisol Touraine (…) ».

Pendant ce temps, Bertrand Dautzenberg, au 12/13 de France 3, défendait l’idée que « ce qui dissuade les gens, ce n’est pas le prix, mais l’augmentation du prix. Plus un euro, ça dissuade. Deux euros, ça dissuade ».

 Karine Gallopel-Morvan (Ecole des hautes études en santé publique de Rennes) est restée en recul sur Europe 1 : « En Australie, il n’y a pas que le paquet neutre et les prix. Il y a eu beaucoup d’autres mesures et un respect très fort de la loi ». Tiens, donc …

•• Le réalisme des auditeurs

• « J’en ai rien à cirer, cela fait belle lurette que j’achète à la frontière espagnole » résume de très nombreux témoignages recueillis dans le cadre d’Europe 1 Midi.

• D’autres fumeurs pensent qu’ils seront peut-être amenés à réduire, mais pas à arrêter : « c’est déjà hors de prix, de toute façon ». Un autre critique « l’hypocrisie du gouvernement qui matraque les gens comme ça alors que les traitements de sevrage sont mal remboursés. La mesure est mal ciblée. J’ai cinq enfants, aucun ne fume parce qu’ils ont été super informés sur les conséquences du tabagisme ».

• Un frontalier non-fumeur fait part de son étonnement à l’antenne du « Grand direct de l’actu » sur Europe 1 : « je ne vois pas l’intérêt d’une hausse seulement en France, il faudrait que ce soit toute l’Europe qui légifère. Et, encore, je reviens d’Abu Dhabi où le paquet est à 2,70 euros ».

• À la question du jour du journal de M6 – « le paquet à 10 euros peut-il inciter à arrêter de fumer ? » – 63 % ont répondu non.

•• Les buralistes, vent debout 

• « C’est inadmissible, incompréhensible. Il est hors de question qu’on se fasse prendre nos commerces par les contrebandiers. Car chaque nouvelle hausse nous fait perdre 20 % de vente de tabac et ces 20 % vont directement alimenter les trafics, ils ne reflètent aucune baisse de la consommation », peste Alain Lirola, président des buralistes des Pyrénées-Orientales, dans le Midi Libre. « C’est du harcèlement pur et dur. Ou alors Marisol Touraine a commis une véritable mascarade politique et elle a tenté un buzz pour tâter le terrain. On va donc lui faire savoir qu’on est toujours mobilisé » prévient Bruno Fourès, trésorier du syndicat.

Gérard Vidal, président de la Fédération de Midi-Pyrénées, interviewé par I-TELE : « Marisol Touraine a pris une décision extraordinaire. Cela sera peut-être sa seule vistoire du quinquennat. Le paquet à dix euros ? Elle pourra dire : « j’ai communiqué, j’ai gagné 30 % de consommation légale en moins. Derrière ça, elle aura mis 25 000 commerçants, le premier réseau de proximité, à la rue et qui ne toucheront même pas le chômage. Et puis , le plus grave, elle ne lutte même pas contre ce produit qui peut être dangereux. Elle ne regarde jamais le marché parallèle. Alors que, tout près, de l’autre côté des Pyrénées, le paquet de la marque la plus vendue est à 3 euros, les petits revenus et les chômeurs vont pouvoirs continuer à fumer trois fois moins cher ».

• Pour Philippe Alauze, secrétaire général de la fédération Île-de-France, sur Europe 1, augmenter le prix des cigarettes encourage le marché noir : « nous [les buralistes] sommes indispensables pour quantifier la quantité de cigarettes consommées en France (…) Les études sur le paquet neutre sont uniquement étrangères et ne portent que sur des pays insulaires ; le fait que la France soit un pays de passage garantit l’explosion du marché noir ».

• « Il y a des années qu’on lui dit que ce n’est pas l’augmentation des prix qui marche mais l’information apportée aux jeunes. Ce sera bien plus utile que des hausses répétitives qui ne font que déstabiliser le marché » commente Didier Reboulet, président de la chambre syndicale des buralistes de la Drôme sur France Bleu Drôme.

• Un buraliste dans un micro-trottoir au 12/13 de France 3 : « C’est toujours la solution la plus facile : prendre l’argent des gens en leur disant que c’est pour leur bien ».