Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
4 Mai 2015 | Institutions, Profession
 

Frédéric Barbier / Garnier EstSe présentant comme étant à la tête d’un groupe de travail parlementaire (dont on ne connaît pas encore la teneur) sur l’évolution du métier de buraliste, chargé de rendre un rapport à la rentrée (voir Lmdt des 23, 16 et 12 avril), le député PS Frédéric Barbier a décidé de prendre la température chez les débitants.

Ce mardi 28 avril, il s’est déplacé dans l’Est  pour rencontrer successivement Hervé Garnier (président de la chambre syndicale de Meurthe-et-Moselle) et Thierry Lefebvre (président de la chambre syndicale du Haut-Rhin). La presse régionale s’est fait l’écho du dialogue établi.

• À Dombasle (photo), Hervé Garnier a insisté sur le devenir des buralistes : « désormais, le terme buraliste est inapproprié. Il faut parler de commerce de proximité. Nous sommes des magasins multi-services ». A propos du nombre de fermetures dans le département (215 buralistes en 2015, contre 340 en 2002), Frédéric Barbier a assuré : « notre objectif premier est de ne plus perdre de buralistes. Il faut aussi une harmonisation fiscale européenne. Nous devons encourager également la diversification des commerces » (selon L’Est Républicain).

• À Colmar, Thierry Lefebvre a mis l’accent sur la concurrence des achats frontaliers avec l’Allemagne et les conséquences de l’arrivée du « paquet de cigarettes neutre qui générera une explosion encore plus grande du marché parallèle ». Réponse similaire de Frédéric Barbier, évoquant la situation particulièrement précaire des buralistes frontaliers : « la lutte contre le tabac ne doit pas compromettre l’activité des buralistes … les bureaux de tabac sont de véritables commerces de proximité … Mais les activités secondaires sont méconnues du client. Il faut pérenniser ces activités diverses et variées ».
On laissera conclure les Dernières Nouvelles d’Alsace : « La rencontre n’aura pas permis de balayer tous les soucis de Thierry Lefebvre. Néanmoins, ces visites enrichissantes auprès des buralistes français permettent à Frédéric Barbier d’appréhender au mieux la complexité et la diversité de ce métier qu’il veut  absolument conserver ».

Ce même jour, le parlementaire s’est rendu dans une station-service / supermarché du tabac du Luxembourg. Avec Norbert Chary (président de la chambre syndicale de Moselle) en guise de guide. Mais sans journaliste, cette fois.