Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Fév 2014 | Trafic
 

Trafic BarbèsRevenons sur l’enquête de l’Observatoire français des Drogues et Toxicomanies qui vient d’amener à un pourcentage d’achat du tabac – « hors du réseau des buralistes » – de 23% (voir Lemondedutabac du 21 février).
Soit 17% correspondant à des achats frontaliers (« dans un bureau de tabac d’un pays limitrophe ») et 6% « ailleurs » (à la sauvette dans la rue ; internet ; dans un pays non limitrophe ; duty-free, etc).

• Certes on peut émettre des réserves par rapport à ces chiffres. Si ces 23% sont proches des 22,6 % de l’institut KPMG (voir Lemondedutabac du 10 décembre), les méthodes de mesures sont très différentes :
. enquêtes régulières de ramasse-paquets et interviews annuels d’un large échantillon de fumeurs pour KPMG ;
. une enquête téléphonique recueillant les déclarations des fumeurs parmi un échantillon de 2 052 individus pour l’OFDT.
C’est peut-être pour cela que KPMG arrive à une répartition des achats, hors réseau des buralistes, différente: 6,9% d’achats frontaliers et 15,7% d’achats « ailleurs ».
Pour y voir plus clair, il faudrait vraiment que se mette en place un observatoire national du marché parallèle du tabac.

• En attendant, on s’intéressera à la répartition régionale de ce marché parallèle, tel qu’il ressort de l’enquête OFDT. C’est pour le moins significatif. Pour y trouver une confirmation de ce que disent ressentir, plus ou moins, les buralistes sur le terrain.
. Nord-Est : 40 % des achats « hors réseau des buralistes ». Soit 36% d’achats « frontaliers » et 4% d’ achats « ailleurs ».
. Sud-Ouest : 28% « hors réseau ». Soit 22% « frontaliers » et 6% « ailleurs ».
. Ile-de-France : 17% « hors réseau ». Soit 7% « frontaliers » et 10% « ailleurs ».
. Nord-Ouest : 17% « hors réseau ». Soit 9% « frontaliers » et 8% « ailleurs ».
. Sud-Est : 12% « hors réseau ». Soit 10 % « frontaliers » et 2% « ailleurs ».