Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
28 Mai 2015 | Associations, Trafic
 

CNCTSuite à nos informations de ce matin relatives aux derniers chiffres KPMG sur le marché parallèle du tabac en France (voir Lmdt 1, 2 et 3), le Comité national contre le Tabagisme vient de publier le communiqué que nous publions intégralement ci-dessous. On ne peut que se féliciter que le sujet du marché parallèle prenne de l’importance dans l’actualité. Il a été suffisamment occulté par certains en d’autres temps …

« Seita-Imperial Tobacco, aujourd’hui Philip Morris … chaque jour, les fabricants de tabac communiquent sur la question du commerce illicite des produits du tabac et n’hésitent pas à annoncer des chiffres toujours plus alarmistes, sans rapport avec la réalité.

L’objectif est clair : se présenter comme des victimes de ces trafics, empêcher l’adoption de mesures de santé publique (paquets neutres, hausse des taxes etc.) présentées comme responsables de cette situation et apparaître comme des interlocuteurs crédibles, soucieux de lutter contre ce commerce illicite.

Pourtant les faits sont têtus. L’industrie du tabac tire profit des ventes qu’elles soient légales comme illégales. L’implication des fabricants dans le commerce illicite, que ce soit par la contrebande ou la fabrication illégale, est largement documentée et démontrée. L’ensemble des fabricants sont concernés notamment ceux qui s’expriment avec force aujourd’hui.

Il est vrai que des mesures efficaces pour lutter contre le commerce illicite des produits du tabac sont actuellement en discussion et pourraient porter atteinte à ce « business » très lucratif. 

La France s’est en effet engagée à ratifier le protocole de l’Organisation mondiale de la santé de la lutte contre le commerce illicite des produits du tabac. Ce protocole prévoit notamment la mise en place d’un système de suivi et de traçabilité indépendant, à la source, des fabricants de tabac ainsi qu’un renforcement des sanctions à l’encontre des contrevenants. Les cigarettiers s’efforcent d’empêcher la mise en place d’un tel dispositif en imposant leur système de marquage. 

« Il est grand temps de sortir de ce jeu de dupes » déclare le Pr Yves Martinet, Président du Comité National Contre le Tabagisme. Le commerce illicite des produits du tabac nuit à la santé publique mais il n’y a pas de fatalité. Les mesures pour l’endiguer passent par un strict contrôle de la chaîne d’approvisionnement et imposent que le contrôlé, en l’espèce le fabricant de tabac, ne puisse en même temps être le contrôleur ou celui qui donne les codes à suivre. Un principe de base rappelé par la Cour des comptes ».