Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
5 Sep 2017 | Profession
 

Il sera sous la pression des dernières annonces médiatiques sur le paquet à 10 euros, le conseil d’administration de la Confédération qui se tient à Paris, ce mercredi 6 septembre.

Après cette véritable campagne médiatique où l’on aura entendu les annonces de Gérald Darmanin (voir Lmdt du 16 août) et d’Agnès Buzyn (voir Lmdt du 29 août), il ne fait guère de doute aux administrateurs de la Confédération que le Gouvernement va se donner tous les moyens de passer au paquet à 10 euros, en 3 ans.

Avec une première augmentation à 1 euro, dès le début 2018 : soit + 14,8 %. On le saura précisément lors de la présentation du PLFSS (Projet de loi de financement de la sécurité sociale), le 27 septembre.

Et les diverses estimations concernant l’impact de cette hausse – sur le marché officiel tel qu’il se présentera l’année prochaine – oscillent entre un « fort recul » (supérieur à -10 % en volume) et un « net décrochage » (supérieur à -20 % en volume).

De quoi rappeler le choc de 2003. Mais, alors, les conditions étaient moins aggravantes :
• le marché parallèle n’était pas aussi développé ;
• les fumeurs ne connaissaient pas encore la variété des sources d’approvisionnement à leur disposition, en dehors du réseau des buralistes ;
• les différences de prix avec les pays frontaliers n’étaient pas aussi fortes.

De quoi, en tout cas, susciter bien des inquiétudes.

Le conseil d’administration va donc décider des suites du mouvement de protestation lancé, fin juillet, avec la grande « opération radars », largement médiatisée à travers toutes les régions (voir Lmdt des 23 et 24 juillet).

Par ailleurs, c’est ce conseil d’administration qui va valider les trois candidatures à l’élection du prochain président de la Confédération (voir Lmdt du 25 août).