Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Août 2021 | Observatoire
 

Réagissant lui aussi aux récents évènements de Marseille, Gérard Darmanin s’est encore exprimé vigoureusement – ce 24 août lors d’un entretien sur France Info – au sujet de la légalisation du cannabis (voir ce jour, 20 et 17 août).

Extraits :

• Journaliste : Que dites-vous aux consommateurs et notamment aux fumeurs de cannabis. Ils sont 5 millions de fumeurs réguliers en France, même si les chiffres ne font pas consensus… On est vers un million de fumeurs quotidiens et cinq millions de fumeurs réguliers. Vous leur dites quoi ? Qu’ils sont complices de ce qu’il se passe ?

• Gérald Darmanin : Oui, évidemment. Vous savez ce que c’est un trafic de drogue ? C’est de la drogue qui vient souvent de l’étranger dans des conditions où des enfants sont exploités, où il y a de la traite humaine. C’est l’exploitation de personnes dans les HLM, c’est la terreur que l’on impose à une brave famille qui n’a pas les moyens de payer son loyer ou sa protection et qui devient « une nourrice ». Et quand cette famille ne veut pas cacher la drogue, on tabasse le fils ou le mari. C’est de l’argent sale qui va financer le terrorisme. 

• Journaliste : La meilleure façon de réguler, ce n’est pas en légalisant le cannabis ?

• Gérald Darmanin : Vous ne voyez pas l’insulte et la défaite que peut être la légalisation de la drogue?  D’abord pensez-vous que quand des caïds vivent avec 100 000 euros d’argent liquide par jour, ils vont monter une petite échoppe, déclarer à l’Urssaf et aux impôts, payer des cotisations pour vendre le cannabis sur le Vieux Port de Marseille ?

D’abord, là où il y a du cannabis, il y a de la cocaïne : on le sait tous, on ne peut légaliser les deux. Le cannabis c’est 500 morts sur la route par ans, c’est des enfants totalement déscolarisés, des gens en dépression, un niveau de THC qui n’a rien à voir avec le joint de papa ou maman d’il y a 30 ou 40 ans. C’est un poison contre lequel nous devons lutter et qui touche beaucoup de familles françaises.

Je veux dire à la dame qui élève ses trois enfants, seule dans un HLM de Tourcoing, Roubaix ou Marseille, qu’on ne va pas la laisser tomber. Elle qui dit qu’il faut travailler à l’école et ne pas tomber dans la drogue, on ne va pas la décourager … C’est difficile de faire ce discours mais il faut le faire.