Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
24 Déc 2023 | Profession
 

En moins dun an, trois bars tabac de Sablé-sur-Sarthe ont été repris par de jeunes Français dorigine chinoise. Une tendance dabord francilienne qui opère désormais plus loin de la capitale et y voit une chance pour les bar-tabac, selon Laurence Proust, présidente des buralistes de la Sarthe et buraliste dans la ville (voir 21 novembre et 5 juillet 2023). Interview dans Ouest France.

Ouest-France : Êtes-vous surprise par ces reprises successives de bar-tabac par de jeunes Français d’origine chinoise ?

Laurence Proust : Je ne suis pas étonnée. Cest une tendance qui sobserve au niveau national. Cest parti de l’Île-de-France et le cercle s’élargit jusqu’à la Sarthe. Ces installations répondent à des critères très précis régis par les Douanes et la police des jeux. Les repreneurs sont des citoyens européens donc ils sont en droit dexercer la profession. Nous sommes de plus en plus sollicités par des agents immobiliers dorigine chinoise. Et pas uniquement pour les bar-tabac. 

Ouest-France : À quand cette tendance remonte-t-elle ?

L. P. : Ce nest pas nouveau. Je dirai quelle sest accélérée ces deux dernières années. Dailleurs, au sein de mon bureau départemental de la fédération des buralistes, jai, à mes côtés, un collègue issu de la communauté asiatique. Cest enrichissant. Notre fédération est là pour aider ces nouveaux venus à prendre leurs marques.

Ouest-France : Quel regard portez-vous sur cette évolution ?

LP : Cest bien de voir une nouvelle génération débarquer. Aujourdhui, la moyenne d’âge des buralistes en Sarthe est de 49 ans. Elle va rajeunir. Cela fait 25 ans que jexerce : jai pu observer une différence de travail entre les « anciens » et les nouveaux.

Regardez dans le passé : bien souvent un établissement fonctionnait avec une seule personne et c’était tout le temps ouvert ; aujourdhui, ils fonctionnent avec deux voire trois personnes et les fermetures sont plus fréquentes, comme le samedi après-midi dans certains établissements saboliens. Ces arrivées apportent un regard neuf sur la profession, notamment en termes de rythme de travail. (Voir aussi 11 juin 2022, 1er mai 2023).