Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
27 Fév 2017 | Profession
 

Depuis 2014, l’Observatoire français des Drogues et Toxicomanies (OFDT), groupement d’intérêt public, édite un rapport annuel (voir Lmdt du 17 février 2016). Cette année, il présente son bilan 2016 avec l’exergue suivante : « Alors que les ventes de cigarettes et de tabac à rouler dans le réseau des buralistes baissent, retrouvant leur niveau de 2014, les indicateurs relatifs à l’arrêt progressent ».

Ce satisfecit s’appliquant à une période antérieure à la totale mise en vigueur du paquet neutre, faut-il le souligner ?

L’essentiel du communiqué de l’Observatoire, publié ce 24 février.

• Alors que 2015 avait été marquée par la première hausse des ventes dans le réseau des buralistes depuis 2010, la tendance s’est inversée en 2016. Les ventes officielles reculent et retrouvent peu ou prou le niveau de 2014.

Elles s’établissent à 55 728 tonnes en 2016 contre 56 323 tonnes l’année précédente, soit -1,1 %. La baisse présente deux caractéristiques. D’une part, elle est quasiment imputable au recul des ventes de cigarettes manufacturées (80 % du marché avec 44 926 tonnes), les ventes de tabac à rouler étant pratiquement stables (8 972 tonnes). D’autre part, elle s’est jouée principalement au mois de décembre (voir Lmdt du 17 janvier 2017).

Les achats transfrontaliers de tabac semblent pour leur part ne pas avoir progressé.

Le chiffre d’affaires global du tabac apparaît ainsi en léger recul : 18 milliards d’euros en 2016 vs 18,2 milliards en 2015.

• Tous les indicateurs (relatifs à l’arrêt de fumer / ndlr) vont dans le sens d’une amélioration en termes sanitaires, avec des ventes de traitements d’aide à l’arrêt en hausse (+ 16,5 %), ainsi que des consultations de tabacologie et des services d’aide à distance (« Tabac Info Service ») qui ont reçu plus de sollicitations de la part des fumeurs et une mobilisation importante autour du « Moi(s) sans tabac » en novembre (180 000 inscrits / voir Lmdt du 1er décembre 2016).

Les principaux traitements demeurent les substituts sous forme orale devant les timbres transdermiques, qui totalisent plus de 90 % du marché.

• Ces observations 2016 peuvent être mises en perspective avec les quelques nouvelles données épidémiologiques disponibles. Si les résultats de l’enquête scolaire ESPAD (European School Project on Alcohol and others Drugs) ont mis en lumière une baisse des niveaux de consommation des lycéens (voir Lmdt du 20 septembre 2016), les données du Baromètre cancer 2015 font état d’une stabilité du tabagisme chez les adultes.