Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Mar 2017 | International
 

Avec la hausse du prix du tabac à rouler (voir Lmdt des 2720 et 19 février), les buralistes belges s’attendaient à accueillir une déferlante de Français. Mais une hausse « inattendue » vient de s’imposer aussi en Belgique (voir Lmdt des 11 janvier 2017 et 31 décembre 2015).

C’est seulement en faisant leurs commandes que des gérants de Mouscron ont appris la nouvelle : « ici, ce n’est pas comme en France, ça n’est pas forcément annoncé. On a vu que les prix avaient augmenté parce qu’il y avait une nouvelle bandelette fiscale ».

• En fait, le prix du kilo de tabac à rouler a augmenté de 20 euros, mais de façon relativement indolore. Si le prix du pot bouge légèrement, c’est le dosage en tabac qui baisse dans un contenant inchangé.

Et une détaillante de faire la démonstration dans Sudinfo.be : le pot en stock avant augmentation affiche un prix de 31,80 euros pour 565 grammes de tabac ; le nouveau reçu, il y a quelques jours coûte 35 euros pour 540 grammes. « Cela finira par interpeller le client dans les jours ou semaines à venir » estime un commerçant de Péruwelz.

• Pour les cigarettes, certaines marques accusent une hausse de 30 centimes, en passant de 5,50 euros à 5,80 euros. Le différentiel n’est plus alors que de 70 centimes par rapport à la France. Le commerçant n’exclut pas d’ailleurs qu’un jour le prix du tabac belge ne soit plus aussi compétitif (voir Lmdt du 25 février).

• Un client français, habitant Wattrelos, qui vient tous les mois acheter cinq pots pour lui et sa famille, vient de se rendre compte de l’évolution : « De toute façon, même si ça augmente en Belgique, ce sera toujours plus intéressant. Moi, je vis juste à côté, je ne dois pas faire beaucoup de kilomètres pour venir. C’est sûr que pour celui qui habite plus loin, ça devient moins intéressant avec le coût du carburant ».