Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Mai 2021 | Vapotage
 

« La Commission européenne a manqué une occasion de renforcer son plan de lutte contre le cancer et de reconnaître l’importance du vapotage dans la réduction des maladies liées au tabagisme chez les Européens » annonce un communiqué de l’IEVA (Independent European Vape Alliance), à propos de la publication du rapport SCHEER (voir 1er mai 2021 et 2 novembre 2020), commandé par la Commission européenne et portant sur l’e-cigarette en vue de la prochaine Directive sur les Produits du Tabac (TPD/ voir 11 mai 2020).

Nous reprenons ce communiqué.

Ce rapport du comité scientifique des risques sanitaires, environnementaux et émergents (SCHEER) ne compare pas les risques liés à l’utilisation de la cigarette électronique avec ceux liés au tabagisme. Une telle omission rend le rapport peu exploitable pour les décideurs politiques. Une évaluation de l’impact des cigarettes électroniques sur la santé publique européenne doit s’appuyer sur ces éléments.

•• Des recherches scientifiques, indépendantes et financées par des fonds publics, ont montré sans l’ombre d’un doute que l’utilisation de cigarettes électroniques est bien moins nocive que le tabagisme.

Une grande partie de la communauté scientifique s’est déjà montrée très critique à l’égard de la méthodologie de SCHEER, certains chercheurs ayant notamment contesté une version préliminaire du rapport. Le comité SCHEER a choisi de ne pas ajuster son approche malgré les défauts importants et les critiques généralisées dont elle fait l’objet.

•• Dustin Dahlmann, président de l’IEVA, déclare à cette occasion : « Le comité SCHEER n’a pas réussi à présenter les données scientifiques sur le vapotage de manière complète et équilibrée. Le résultat est un rapport qui n’est guère plus qu’une série d’affirmations prédéterminées sans fondement.

« Une autre occasion de sensibiliser les fumeurs désireux de passer à des alternatives moins nocives a été manquée, et ce seul fait a de graves implications pour la santé publique. Nous demandons instamment aux décideurs de Bruxelles d’intégrer la réduction des risques dans leur stratégie globale. »

•• Dans ce même communiqué, l’Independent European Vape Alliance (IEVA) se présente comme la seule association paneuropéenne visant à réunir les associations nationales, les entreprises, les fabricants et les grossistes du secteur de la vape et à leur fournir une représentation responsable au niveau européen.

Le principe fondateur de l’IEVA est de contribuer à la réduction des risques et à la santé publique. Les cigarettes électroniques ont un impact positif important et devraient être reconnues comme un outil de réduction des risques car vapoter n’est pas fumer.