Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
 

Les jours des « puffs » semblent comptés. Le ministre de la Santé, François Braun, s’est en effet dit « favorable » à l’interdiction de ces cigarettes électroniques jetables, introduites en France en 2021 (voir 3 mai). C’est ainsi que démarre un article des Échos de ce jour, signé Mathilde Golla, que nous reprenons.

Elles « amènent une partie jeune de notre population vers le tabagisme », justifie François Braun sur France Inter.

Il entend ainsi « travailler avec les parlementaires » pour aboutir à cette interdiction dans la prochaine Loi de Financement de la Sécurité sociale ou dans « d’autres lois avant la fin de l’année ». « Marshmallow », « barbe à papa » ou « choco noisette » … avec leurs couleurs acidulés et leurs parfums sucrés, les « puffs » sont en effet suspectées d’encourager le tabagisme chez les plus jeunes.

•• Le prix modique, allant de 8 à 12 euros pour 500 bouffées, rend par ailleurs la « puff » accessible. La vingtaine de marques qui commercialisent ces produits s’appuient en outre sur les réseaux sociaux et les influenceurs pour rendre leurs produits populaires.

Résultat de cette stratégie : ces cigarettes (sic) ont « une image plutôt positive et inoffensive auprès des jeunes » et peuvent devenir « une porte d’entrée » vers la cigarette pour les adolescents, alerte le réseau Alliance contre le Tabac qui milite pour une interdiction du produit.

En effet, 13 % des jeunes disent avoir consommé du tabac avec ces produits, selon une étude publiée par le réseau en 2022 (re-sic). Pourtant, elles peuvent contenir jusqu’à 20 mg/ml de nicotine et sont théoriquement interdite aux mineurs.

•• Cet objet est aussi un fléau environnemental. Le tube en plastique est doté d’une batterie non démontable et non recyclable dont les résidus, particulièrement polluants, contaminent les sols.

Pour toutes ces raisons, la « puff » est déjà en voie d’interdiction en Allemagne (voir 13 mai 2023), en Belgique (voir 15 novembre 2022) ou en Irlande. « La France doit absolument suivre le même mouvement », soutient une tribune parue dans Le Monde signée par un collectif de plus de vingt personnalités (voir 3 mai).

Mais les cigarettiers pourraient se mobiliser pour préserver leur nouvel eldorado, conclut Les Échos.