Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
29 Mar 2015 | Trafic
 

TerrorismeOn a appris le fait qu’Amédy Coulibaly – le tueur du Hyper Cacher et de Montrouge – avait trempé, notamment, dans la contrebande de tabac (voir Lmdt du 26 mars) dans un rapport publié par le Centre d’Analyse du Terrorisme (CAT), un think-tank dirigé par l’avocat Thibaut de Montbrial (ancien officier parachutiste) et qui compte à son conseil d’administration plusieurs personnes qualifiées comme le célèbre juge espagnol Baltasar Garzon.

Ce rapport est formel : la contrebande et le trafic de cigarettes représentent plus de 20 % des sources criminelles de financement des organisations terroristes. Une affirmation qui s’appuie, notamment, sur l’analyse minutieuse de 75 procédures judiciaires internationales menées depuis 2001.

« Près de 15 organisations terroristes dans le monde recourent régulièrement et dans des proportions importantes à la contrebande et à la contrefaçon de cigarettes pour se financer, notamment les Taliban pakistanais (TTP), Lashkar-E-Taiba (LeT), Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le Hezbollah, le Hamas, les Farc, le PKK, ETA et l’IRA » (voir Lmdt du 11 janvier). Et de citer le terroriste Mokhtar Belmokhtar, alias « Mister Marlboro » (voir Lmdt du 8 mars 2015 ainsi que des 17 et 31 janvier 2013).

Le CAT cite deux exemples, pris aux États-Unis :

• en 2000, découverte d’un trafic entre les États de Caroline du Nord et le Michigan ( à forte fiscalité tabac ) ; avec un chiffre d’affaires de 7,2 millions d’euros ; le réseau, dirigé par un certain Mohamad Youssef Hamoud, finançait le Hezbollah au Canada et au Liban.

• en mai 2013, autre réseau découvert mais entre la Virginie et New- York ; avec un chiffre d’affaires estimé de 55 millions d’euros (pour 10 millions d’euros de profits nets) à raison de 20 000 cartouches de cigarettes écoulées par semaine. Les 16 hommes impliqués avaient tous un lien avec le Hamas et le Hezbollah.