Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
6 Nov 2021 | Pression normative
 

Depuis octobre 2019, l’université de Strasbourg a intensifié ses actions pour aller dans le sens d’un « Campus sans tabac » (voir 5 juin). Une campagne de communication est déployée, depuis ce 1er novembre, pour inciter les fumeurs à s’éloigner des entrées principales des bâtiments.

L’initiative est globalement bien accueillie par les étudiants, mais il reste encore du chemin pour un véritable campus sans tabac, selon un reportage de 20 Minutes.

•• Devant le Patio, un des lieux les plus fréquentés de l’université, ils sont encore nombreux à en griller une sous le préau du bâtiment. « Quand tu veux mettre en place une mesure, il faudrait mettre les moyens avant : déplacer les cendriers, mettre en place un endroit pour que les fumeurs puissent s’abriter », souffle en chœur un groupe d’étudiantes en socio.

« On n’a pas encore le réflexe » lance une étudiante de 22 ans, « comme je viens de voir l’affiche, je me suis un peu décalée, mais comme ce n’est pas délimité, je ne sais pas s’il faut que je m’éloigne d’un mètre ou de cinq … ».

•• Alexandre Tatay, attaché de presse de l’Unistra, insiste sur l’aspect progressif de la démarche : « la mise en place de zones fumeurs est prévue pour fin 2022, avec des cendriers implantés à ces endroits-là. Là, on invite les étudiants et le personnel à s’éloigner des entrées. »

En support à la campagne de communication, une vingtaine d’étudiants, « spécifiquement formés » pour devenir « médiateurs tabac », sillonneront le campus jusqu’au 25 novembre. Leur objectif ? « Recueillir les avis des étudiants et du personnel, et surtout ce que les gens souhaitent », précise Alexandre Tatay. « Ils inviteront également les étudiants à rencontrer le personnel du service de santé universitaire, pour les aider notamment à arrêter de fumer. »

La démarche « Campus sans tabac » – lancée en octobre 2019 après l’obtention d’une enveloppe de 191 000 euros dans le cadre d’un appel à projets de l’agence régionale de santé (ARS) – est la première en France à l’échelle d’une université.