Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
4 Nov 2021 | Pression normative
 

Dans le cadre du Mois sans Tabac, les mises en place d’espaces sans tabac en extérieur se multiplient en France, sous l’impulsion de la Ligue contre le cancer. Concrètement, les municipalités sont approchées par la Ligue afin de déployer des actions fortes contre le tabagisme dans l’espace public.

Comme récemment Thionville (Moselle), avec 35 espaces interdisant la cigarette depuis octobre, ou Carrières-sous-Poissy (Yvelines), avec 37 espaces sans tabac (voir 10 octobre et 1er novembre). Explications dans Le Figaro.

À force de plaidoyers, le dispositif s’est développé dans toute la France dès 2012, avec la première plage sans tabac à Nice (voir 30 juin 2013 et 21 février 2012).

•• Emmanuel Ricard, délégué prévention et promotion des dépistages à la Ligue, estime que ce fut un travail de longue haleine : « certaines municipalités ont parfois été réticentes car elles avaient peur de perdre des électeurs. Mais progressivement elles changent d’avis, car il y a également un enjeu environnemental. Des zones sans tabac, c’est moins de pollution et moins de mégots à ramasser dans les rues. ».

À l’instar de grandes villes comme Nice ou Marseille (voir 1er janvier 2019) de nombreuses petites communes prennent également des arrêtés en ce sens. À Pessac, près de Bordeaux, 17 espaces extérieurs sont désormais des zones « sans tabac » (voir 8 février 2021). Trois lieux sans tabac ont aussi été inaugurés récemment dans la commune de Doubs (Doubs), à proximité des écoles, mais aussi du stade.

•• Pour la Ligue, il ne faut pas se limiter à l’instauration de quelques zones interdisant la cigarette. Elle demande au Gouvernement d’interdire par décret le fait de fumer aux abords de tous les établissements scolaires.

L’association vise la consommation de tabac devant les enfants et adolescents. « Environ 200 000 d’entre eux commencent à fumer en France tous les ans. Prévenir l’entrée des enfants et adolescents dans le tabagisme implique de le dénormaliser, notamment dans les lieux d’enseignement qu’ils fréquentent quotidiennement », précise la Ligue.

•• Selon un sondage de la Ligue réalisé en janvier 2020, 89 % des Français soutiennent l’interdiction de fumer dans les parcs et jardins publics, 86 % aux abords des établissements scolaires et 81 % sur les plages (voir 5 février 2020).

« Cette enquête révèle notamment une forte adhésion des jeunes adultes (25-34 ans), qui sont 94 % à soutenir la mise en place d’espaces sans tabac dans les parcs et jardins publics et 90 % aux abords des établissements scolaires », précise l’association dans un communiqué.