Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Août 2014 | Vapotage
 

DautzenbergPrésenté, il y a encore quelque  temps, comme « l’avocat des vapoteurs » parmi les milieux anti-tabac , Bertrand Dautzenberg (Office français de Prévention du Tabagisme) s’est dit satisfait des préconisations de l’OMS (voir Lemondedutabac du 27 août). Dans une interview à Sciences et Avenir, il justifie sa prise de position. Extraits.

• « Nous avions peur que l’OMS préconise une interdiction totale », explique-t-il. Car il considère la cigarette électronique comme un produit utile pour sortir du tabac. « La prise de position de l’OMS devrait nous aider à faire le « endgame », donner un coup d’arrêt au tabagisme.

• « L’usage de la cigarette électronique doit être interdit dans les lieux publics, pas au nom d’un problème de santé ou du principe de précaution mais pour l’exemplarité, car elle peut inciter à fumer ».

• « Depuis le début, la cigarette électronique bouleverse complètement la donne de la guerre au tabac ». Bertrand Dautzenberg propose donc de promouvoir la e-cigarette comme moyen de sevrage pour les personnes dépendantes au tabac, tout en évitant d’inciter les autres (jeunes, non-fumeurs…) à s’y mettre : plus le tabagisme est important dans une population donnée, plus la cigarette électronique devrait être mise en avant, et inversement. Il prend ainsi l’exemple des prisons où l’e-cigarette est interdite alors même que les détenus fument dans leurs cellules. « Une situation ubuesque » qui favorise le tabagisme aux dépends de ce qu’il considère comme un moyen de sevrage efficace.

• Les interdictions ne risquent-elles pas d’assimiler l’e-cigarette à un produit du tabac ? « ça, c’est l’argument des vapoteurs, mais il n’y a pas de raison ».