Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
4 Nov 2016 | Profession
 

Revue de presseAinsi fonctionnent les médias qui n’ont retenu de l’important discours de Christian Eckert, au congrès des buralistes hier (voir Lmdt du 4 novembre), que l’annonce de la hausse de rémunération des buralistes.

En oubliant, notamment, les autres dispositions du nouveau Contrat d’avenir, dont la mise en place d’une subvention à cette modernisation du réseau que tout le monde appelle de ses vœux.

En oubliant aussi les considérations du ministre concernant sa conception d’un réseau de distribution du tabac en France ainsi que le statut de la FDJ (nous reviendrons sur le sujet).

Concernant la polémique du « qui paie quoi » la hausse de rémunération – prise sur la marge du fabricant ou payée sur le prix final par le consommateur – Les Échos.fr apporte la précision suivante : « de plus, le Gouvernement peut rassurer en disant qu’il n’y aura pas de hausse de prix du tabac en janvier. En effet, les fabricants n’ont pas pu présenter leurs prix à l’homologation en septembre, comme c’est l’usage, et ne seront donc pas en mesure de faire valser les étiquettes en janvier. Ils devront probablement attendre un trimestre et encaisser la hausse des coûts pendant ce temps ».

Les Échos.fr reprend par ailleurs la réaction de Bernard Gasq, président de la Fédération Ile-de-France : « Je suis très content du Contrat d’avenir que nous a présenté Christian Eckert (…) Vous imaginez les dégâts que le paquet neutre va nous faire ? Pour une fois que quelque chose nous revient à nous, et pas à l’État ou aux fabricants ».