Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
2 Oct 2017 | Profession
 

Les Échos de ce lundi 2 octobre reviennent sur l’article 12 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2018) que nous avons dévoilé à nos lecteurs en fin de semaine dernière (voir Lmdt des 29 septembre 1 et 2). Extraits :

•• Le prix du paquet de cigarettes doit bondir en cinq étapes, passant de 7 euros à 10 euros pour la marque la plus vendue. Mais les cigares, le tabac à priser, à mâcher ou à rouler vont augmenter aussi (…)

•• L’association Droits des non-fumeurs a calculé que, en mars 2018, le prix du paquet à 7 euros renchérirait de 1,40 euro. Pour 16 grammes de tabac à rouler, la marque la plus chère augmenterait de 1,24 euro à 6,36 euros. Moins fort que les cigarettes. « Mais il ne faut pas oublier que le tabac à rouler vient de prendre 15 % avec Marisol Touraine (voir Lmdt du 31 janvier) », explique le président de l’association, Gérard Audureau. « Il y a peu de risques de voir les fumeurs de cigarettes se replier sur le tabac à rouler. »

•• Le risque de report vers les cigarillos est plus élevé, car c’est ce qui avait été observé en 2004, suite aux augmentations de prix de cigarettes du plan tabac. Pour mars 2018, la hausse sera spectaculaire : selon Fabrice du Repaire, de la Fédération des fabricants de cigares, les prix les plus bas vont croître de 1,80 euro, soit 9 euros pour une boite de 20. « On était 20 centimes plus cher que les cigarettes les plus coûteuses, l’écart va se creuser à 70 centimes. C’est incompréhensible, il y a dû avoir une erreur de calcul » commente-t-il.

•• Le marché des cigarillos risque de s’effondrer de deux tiers l’année prochaine, prédit-il : « les prix seront si dissuasifs que les fumeurs vont abandonner le cigarillo pour passer aux cigarettes, à moins qu’ils ne se déportent vers les cigarelettes des multinationales. »

Ces dernières sont en fait des cigarillos faits de tabac blond, ressemblant à des cigarettes. Lucky Strike, Marlboro, Camel sont en train d’investir ce nouveau marché, avec des prix très agressifs, précise encore le quotidien économique.