Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Juil 2021 | Profession
 

Depuis hier soir, les sénateurs examinent les nouvelles mesures gouvernementales imposées par la crise sanitaire dont ce fameux pass sur lesquels les professionnels des bars et restaurants se posent toujours des questions quant à son application concrète (voir 23, 22, 21 et 14 juillet).

Parmi ces professionnels, on compte les buralistes avec un « débit humide » dont le statut les amène à accueillir, à la fois, des clients pour lesquels il faudra s’assurer qu’ils ont un pass sanitaire et d’autres avec qui ce ne sera pas nécessaire (dès lors qu’ils viennent acheter du tabac et des jeux sans consommer sur place). Une situation, pas forcément simple, bien comprise par le sénateur Serge Babary (LR, Indre-et-Loire) qui est, par ailleurs, Président de la Délégation sénatoriale aux Entreprises.

Il connaît bien aussi les buralistes (voir 6 mars 2018, 15 janvier et 14 décembre 2019). Il a décidé d’appeler l’attention du Gouvernement sur la situation de ces buralistes par un amendement qui a été déposé ce vendredi matin.

Voici le texte de cet amendement :

« Cet amendement est un amendement d’appel. Il vise à interroger le Gouvernement sur le champ d’application de l’article 1er. Accueillant 10 millions de clients chaque jour dans leurs établissements, le réseau des buralistes a pleinement tenu son rôle de commerce de proximité de référence depuis le début de la crise sanitaire. C’est au nom de cet engagement responsable que les buralistes entendent appliquer et accompagner les nouvelles mesures imposées par la situation sanitaire actuelle. Encore faut-il qu’ils puissent l’assurer en toute sécurité.

« À la fois commerçants de proximité (vente de tabac, de jeux, diffuseurs de presse …), relais de services marchands et relais de services publics (relais Poste et vente de timbres, possibilité d’y régler certains impôts, amendes et factures de services locaux ou y acheter des billets de train…), 60 % d’entre eux détiennent des débits de boissons ou des lieux de restauration.

« Comment concrètement les contrôles du pass sanitaire vont être mis en place ? À ce stade, il n’y a aura pas contrôle de passe sanitaire pour l’achat de tabac alors qu’à quelques mètres on en exigera un pour accéder au bar ou au lieu de restauration.

« Comment gérer la vérification des passe sanitaires dans le flux d’activité de leurs établissements ? Cela risque de créer des tensions. D’autant plus si c’est au buraliste de gérer cet accès. Les 24 000 buralistes de France ont besoin d’une réponse claire de la part du Gouvernement. »

Une dizaine d’autres sénateurs ont co-signé cet amendement.