Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
 

paquet-neutre-06Nouveau focus des médias régionaux sur l’arrivée des paquets neutres (voir Lmdt des 18, 17 et 14 octobre) juste avant l’examen du Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale – dont deux articles portant spécifiquement sur le tabac – par l’Assemblée nationale (voir Lmdt du 24 octobre). 

•• Nice Matin. « Que l’on arrête de nous taper dessus, encore et encore. Inlassablement » constate Pierre Romero, secrétaire général de la chambre syndicale des buralistes des Alpes-Maritimes (photo). « Nous sommes déjà le pays parmi les plus chers d’Europe pour les cigarettes. Je pense que les clients vont simplement aller acheter ailleurs. En Italie ou en Espagne, où les paquets sont normaux et les cigarettes moins chères. Cela va ouvrir également en grand la porte de la contrefaçon … Pour moi, une remise à niveau, à l’échelle de l’Europe du prix du paquet avec un maintien du prix actuel en France, aiderait plus efficacement à faire diminuer la vente. Or, aujourd’hui, on diminue la vente, mais pas le nombre de fumeurs ».

Pierre Romero rappelle que 1 500 buralistes ont fermé le rideau en 2015 : « serais-je le prochain ? Je demande juste le respect d’une profession qui reste le premier lien de proximité des clients ».

•• France Bleu Normandie. Les paquets arrivent au compte-goutte à Rouen, mais c’est déjà le casse-tête pour le buraliste.  « Déjà sur un type de pot de deux références différentes, on se trompe … sachant qu’un linéaire compte 400 à 500 références … » (…) « on va être obligé de réduire nos références et les fournisseurs aussi pour essayer de pouvoir distribuer au mieux les consommateurs ».

•• Le Journal de la Haute-Marne. « On s’est battu pendant plus d’un an pour que ça ne passe pas. Cette mesure va créer des problèmes et des tensions avec les clients », déplore Patrick Laumont, président de la chambre syndicale des buralistes du département. « Et, ce n’est pas le seul problème : il va encore y avoir une hausse de la taxe auprès des fabricants qui vont évidemment la répercuter sur nous. Le tabac à rouler sera à 8,50 euros chez nous contre 2,85 euros au Luxembourg » poursuit-il.

Un buraliste de Langres craint « une baisse du chiffres d’affaires », même s’il pense que la mesure n’aura aucun impact sur les fumeurs : « le rayonnage sera moins beau, et beaucoup plus compliqué ».

•• La Dépêche du Midi. Double peine, pour Jean-Marc Pascolini, président de la chambre syndicale des buralistes du Gers « alors que le paquet neutre arrive dans nos points de vente avec toutes les complications que cela entraîne … l’augmentation de la fiscalité du tabac à rouler de plus d’un euro, sans aucune mesure contre les achats frontaliers, ne va qu’accroître la concurrence déloyale.  » 

•• Dordogne Libre. Une buraliste de Périgueux déplore surtout une « perte de temps énorme » : « en général, on reçoit une dizaine de cartons de cartouches … Maintenant, il faut regarder la petite écriture sur chaque paquet … ». Une consœur fait confiance aux outils d’aide (voir Lmdt du 16 septembre) pour faciliter la transition : « il y a plusieurs essais au niveau du rayonnage, par exemple une lumière qui clignoterait devant la bonne rangée de cigarettes en sélectionnant la marque sur la console. On verra bien par la suite ce que ça donne ».

•• La Montagne. « Nous devons nous organiser différemment » confie un buraliste de Cusset, « la mise en place va nous prendre plus de temps car il est moins simple de différencier les paquets. Mais, de toute manière, si nous n’avions pas la mise en place des paquets neutres, la législation européenne nous aurait imposé des photographies recouvrant 75 % des paquets. L’un dans l’autre, le résultat aurait été le même ». Ce qui l’inquiète plus, c’est l’interdiction à venir des cigarettes convertibles : « cet arrêt est bien plus significatif que la disparition du code couleur. Certains consommateurs ne fument que des cigarettes convertibles » (voir Lmdt des 12 avril et 24 juillet).