Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
2 Déc 2023 | Pression normative
 

À loccasion du Salon des Maires de France, léco-organisme Alcome et linstitut IFOP ont mené lenquête auprès dun échantillon de 400 maires, représentatif de lensemble des maires de France sur la perception des mégots mal jetés dans lespace public.

Nous reprenons le communiqué de l’éco-organisme Alcome (voir 14, 23 novembre).

•• Contre le jet de mégot dans l’espace public, les maires privilégient la prévention Trois quarts des maires estiment que les mégots contribuent à la dégradation de l’espace public (75%), plus d’un tiers estimant même que cette dégradation est « très importante » (37 %). Dans les villes de plus de 2 000 habitants, ils sont plus de 86 % à juger que les mégots dégradent l’espace public.

Or, tous narrivent pas facilement à nettoyer ces mégots abandonnés : 10 % ny arrivent pas du tout et 33 % ny arrivent que difficilement. Dans les villes de plus de 2 000 habitants, ils sont 56 % à ne pas arriver à nettoyer les mégots abandonnés.

La priorité en matière de lutte contre le jet de mégot dans l’espace public est, pour les édiles, la prévention via la mise à disposition de matériel comme des cendriers (47 %) ou la sensibilisation des fumeurs (33 %) – plutôt que le nettoiement des voiries (19 %).

•• En matière de prévention, les maires souhaiteraient renforcer la sensibilisation des administrés. Les campagnes de sensibilisation constituent l’action la plus attendue :

• Afin de prévenir la présence de mégots dans l’espace public, les maires de villes de plus de 2000 habitants jugent tout aussi efficaces les campagnes de sensibilisation que les équipements dans la rue (cendriers, éteignoirs, …). Les maires de France ayant déjà mis en place des actions souhaitent d’ailleurs aller plus loin dans la prévention (34 %).

• Les aides qui les intéressent le plus sont d’abord les supports de sensibilisation (87 %). Les outils de communication traditionnellement mis en œuvre au sein des municipalités sont davantage encouragés. La communication municipale et l’affichage public sont ainsi jugés à la fois comme les actions les plus efficaces (par respectivement 55% et 48% des maires) et les actions privilégiées (67 % et 48 %) ; comparativement la communication de proximité et la médiation de terrain sont des outils que les édiles semblent vouloir le moins mettre en place (40 % et 27 %).

La moitié des maires déclare avoir déjà mis à disposition des administrés des équipements ciblés (54 %), à savoir des cendriers de rue dans la quasi-totalité des cas (98 %, seuls 7 % ayant distribué des cendriers de poche).

•• Marie-Noëlle Duval, Directrice générale dAlcome commente  : « Les résultats de cette enquête sont particulièrement encourageants pour notre action. Cette enquête nous permet de cerner plus précisément les leviers à mobiliser pour atteindre notre objectif de 40% de mégots en moins sur la voie publique dici 2027.

« Les villes de moins de 2000 habitants sont particulièrement en attente en matière de sensibilisation et de nettoiement des mégots : si nous œuvrons déjà à cette sensibilisation dans ces « petites » communes, il nous faut trouver les moyens de les impliquer, et de les aider davantage. »