Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
17 Nov 2021 | Trafic
 

Le 9 août dernier, un automobiliste a d’abord feint d’obtempérer aux ordres des douaniers lui intimant de se garer sur le bas-côté à la sortie de la bretelle de Frouard, au nord de Nancy.

Puis il a accéléré en passant à leur niveau … Une course-poursuite s’engageait alors, à distance raisonnable cependant. Quelques kilomètres plus loin, la camionnette suspecte était retrouvée … mais sans son conducteur et à l’arrière du fourgon, dissimulées sous une bâche, près de 2 000 cartouches de cigarettes.

•• En plus des cartouches, les enquêteurs sont tombés sur ses papiers d’identité (révélant qu’il s’agissait d’un commerçant marseillais à priori sans histoire), abandonnés dans la boîte à gant, et ceux du véhicule au nom de son épouse. Cette dernière était aussitôt placée sur écoute … Quarante jours plus tard, le conducteur était enfin localisé du côté de Marseille.

En garde à vue, il a avoué être monté en Belgique à l’instigation d’un certain B. réputé pour être un gros trafiquant de cigarettes de contrebande sur la place de Marseille. En Belgique, l’attendait un fournisseur spécialisé, soupçonné d’alimenter les marchés parallèles de vente de tabac dans plusieurs grandes villes européennes.

•• Ce jour d’août 2021, le « commerçant » a donc fait charger son camion en Belgique : 2 000 cartouches en cargaison avant de prendre le chemin du retour. Selon les enquêteurs, ce n’était pas son premier « go fast ».

Une voiture, avec à bord deux complices, jouant les éclaireurs en ouvrant la voie quelques kilomètres devant lui. Mais cette fois-ci, le convoi n’a pas échappé à la vigilance des douaniers. Dans un dossier conjoint, les deux complices en question ont été interceptés et placés en détention à Limoges.

•• « Ces cigarettes étaient destinées à alimenter le trafic au marché du Soleil et aux Puces » (voir 6 février 2021 et 15 septembre 2020) a souligné le procureur en pointant le « rôle » pivot du livreur dans cette organisation. Le prévenu a été condamné à deux ans de prison dont une année avec sursis. Il devrait s’acquitter, en surplus, d’une amende douanière de 215 000 euros.