Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
30 Mar 2017 | Profession
 

Avec un bénéfice net en hausse de près de 11 % en 2016, porté notamment par son « plan de transformation », la Française des Jeux affiche une confiance prudente pour 2017, a-t-elle annoncé ce jeudi 30 mars dans un communiqué repris par l’AFP.

•• Le bénéfice net s’est élevé à 176 millions d’euros sur l’exercice 2016, soit une hausse de 10,7 %, contre 159 millions l’an dernier. Alors que le chiffre d’affaires, déjà publié (voir Lmdt du 19 janvier), a atteint un record de 14,3 milliards d’euros, le produit brut des jeux de la société a augmenté de 2,8 %, à 4,8 milliards d’euros, a encore indiqué le document. Son résultat opérationnel a, pour sa part, progressé, de 3,5 %, à 243 millions d’euros.

« C’est une année conforme à nos attentes », s’est félicitée auprès de l’AFP Stéphane Pallez, présidente-directrice générale de la FDJ, détenue par l’État à hauteur de 72%.

« La FDJ est une entreprise qui continue à générer de la croissance tout en étant dans une transformation profonde (…) qui lui permet d’arriver à dégager un résultat opérationnel et un résultat net en hausse », a-t-elle analysé. Lancé il y a deux ans, son plan stratégique à horizon 2020 prévoit de transformer l’entreprise, avec le numérique comme clé de voûte, à travers notamment « la mise en œuvre d’une nouvelle organisation commerciale et territoriale », via 500 millions d’euros d’investissement.

• En parallèle, l’entreprise publique, qui a pour la première fois mesuré sa contribution économique à la richesse nationale, a indiqué avoir participé en 2016 au Produit intérieur Brut (PIB) à hauteur de 5,1 milliards d’euros, soit 0,2 %, selon des chiffres du cabinet BIPE.

La FDJ a ainsi « créé ou pérennisé 52 000 emplois » sur l’ensemble du territoire, dont 19 500 dans son réseau de commerces de proximité, a-t-elle encore affirmé.

« Nous avons une contribution tout à fait significative à la richesse nationale globale », s’est encore réjouie Stéphane Pallez.

•• Côté perspectives, si la Française des Jeux n’a pas avancé d’objectifs chiffrés, elle a néanmoins rappelé vouloir dépasser la barre du milliard d’euros de ventes numérisées pour l’année 2017, affichant une confiance prudente.

Aujourd’hui, « on est en ligne avec notre objectif qui est de continuer à avoir une croissance soutenue », malgré l’absence en 2017 « de grands événements sportifs », qui dopent habituellement les ventes de la FDJ.

« Cette année, nous avons lancé la nouvelle formule Loto, le jeu à gratter de la candidature Paris 2024 (…) nous avons continué à prospecter et à renforcer notre réseau pour maintenir un nombre de points de vente élevé sur l’ensemble du territoire » (voir Lmdt des 25 février et 27 janvier), a-t-elle encore détaillé.

« On est confiant », a assuré Mme Pallez, « mais être confiant ne veut pas dire que tout cela est dans la poche ».