Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Juin 2021 | International, Vapotage
 

Le fabricant américain Juul a accepté, ce lundi 28 juin, de payer 40 millions de dollars à l’État de Caroline du Nord pour régler un différend juridique au sujet de la stratégie marketing du groupe envers les plus jeunes, rapporte une dépêche AFP.

La Caroline du Nord devient le premier État américain à parvenir à ce genre d’accord avec Juul, qui reste poursuivi par plusieurs autres États, dont la Californie et New York, et la ville de Washington (voir 3 décembre 2019).

•• « Pendant des années, Juul a visé de jeunes personnes, notamment des adolescents, grâce à sa cigarette électronique fortement addictive » a déclaré dans un communiqué le procureur de Caroline du Nord, Josh Stein. « Cela a allumé la mèche et attisé l’épidémie de vapotage chez nos enfants, dont on peut observer les conséquences dans n’importe quel lycée de Caroline du Nord » a-t-il poursuivi.

M. Stein avait ouvert une enquête contre Juul en 2018 et lancé des poursuites contre l’entreprise l’année suivante pour avoir conçu, promu et vendu des e-cigarettes afin d’attirer des adolescents et pour avoir présenté des informations trompeuses sur le caractère nocif de la nicotine présente dans ses produits.

•• En plus de la somme versée à la Caroline du Nord, Juul s’est engagé à réformer plusieurs de ses pratiques commerciales. L’entreprise ne lancera pas de campagne marketing susceptible d’attirer un public de moins de 21 ans et s’abstiendra de diffuser de la publicité sur la plupart des réseaux sociaux ou à la sortie des écoles.

Juul va aussi s’assurer que ses produits soient vendus uniquement à la caisse des magasins pour obliger les clients à passer par un vendeur. La marque a également accepté de ne pas commercialiser de nouveaux parfums de ses cigarettes électroniques sans avoir obtenu l’aval de l’agence américaine des médicaments (FDA).

•• En plus de ses démêlés avec des États américains, Juul est dans le collimateur de l’autorité américaine de la FTC, qui a engagé en avril 2020 une procédure contre son rapprochement avec Altria (voir 3 avril 2020).

(Voir aussi 3 septembre et 22 octobre 2020).