Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Juin 2021 | International
 

Le texte sur « les usages licites du cannabis, médical, cosmétique et industriel », a été adopté par la chambre des représentants fin mai. L’usage récréatif reste par contre interdit et passible de poursuites.

L’objectif du projet de loi – qui doit encore être approuvé par la deuxième chambre du Parlement avant d’être ratifié – est de « reconvertir les cultures illicites destructrices de l’environnement en activités légales durables et génératrices de valeur et d’emploi » selon le texte.

•• Le Maroc est classé premier producteur mondial de résine de cannabis, d’après le rapport annuel 2020 de l’Office des Nations unies contre la Drogue et le Crime. .

Le royaume table sur le « développement soutenu » du marché mondial du cannabis médical, avec des prévisions de croissance moyenne annuelle de l’ordre de 60 % en Europe, son « marché cible ». Les recettes agricoles annuelles sont estimées entre 420 millions et jusqu’à 630 millions de dollars à l’horizon de 2028.

•• Traditionnellement cultivé depuis des siècles dans la région montagneuse du Rif, autorisé sous le protectorat français, interdit en 1954 mais toléré depuis, le « kif » fait actuellement vivre 400 000 personnes, soit 60 000 familles, selon les chiffres officiels.

Jusqu’à présent, les petits cultivateurs du Nord touchaient « 4 % du chiffre d’affaires final dans le circuit illégal » contre potentiellement « 12 % dans le marché légal », d’après l’agence MAP. La légalisation de l’usage thérapeutique vise officiellement à améliorer leurs conditions de vie et à les protéger des réseaux de trafics de drogue.