Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
19 Juil 2016 | Pression normative
 

Marques menaceLa guerre des nerfs continue.

Nous ne savons toujours pas où nous en sommes dans les modalités pratiques d’application de la transposition de l’article 13 de la nouvelle directive Tabac européenne. Or, celles-ci pourraient avoir un impact sur la pérennité de certaines marques et dénominations commerciales : puisqu’il s’agit de limiter le caractère potentiellement attrayant et séducteur des mots ou noms qui apparaîtront sur des conditionnements … qui seront déjà neutres (voir Lmdt du 27 juin).

• On sait seulement que ces modalités d’application doivent passer par un décret en Conseil d’État. Mais rien n’est encore sorti. Un vrai manque de visibilité pour l’ensemble de la filière tabac.

• Rappelons déjà que la nouvelle directive Tabac européenne a été transposée dans ses grandes lignes, en France, à l’ultime limite du 20 mai (voir Lmdt du 23 mai). On a beau se vouloir premier sur le paquet neutre …

Mais il est d’autant plus important que ces modalités d’utilisation « d’éléments ou de dispositifs contribuant à la promotion d’un produit du tabac ou incitant à sa consommation » (encadrées par le nouvel article L3512-21du Code de la Santé publique) soient connues qu’elles conditionnent désormais toute nouvelle homologation des prix : si le nom d’une référence n’est pas approuvé, celle-ci n’est pas homologuée et donc … exclue du marché.

• Tout cela pourrait se réduire qu’à une histoire de délai, s’il ne fallait s’attendre de la part de la Direction générale de la Santé à une interprétation « idéologique » et donc « très restrictive » de l’article 13 et de sa transposition : « Vogue ? c’est trop positif » ; « Gitanes ou Gauloises ? c’est trop féminin » ; « Corset ? trop glamour ; « Che ? Romeo y Julietta ? trop romantique » ; « Lucky Strike ? cela évoque trop la chance … »

On peut légitimement craindre ce genre de réactions.

• De même que l’on peut prévoir la réaction d’un certain nombre de clients ne retrouvant plus leur produit favori : le  recours, pur et simple, au marché parallèle du tabac.

Ce marché parallèle où toutes les marques seront toujours vivantes.