Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
29 Juil 2016 | Profession
 

FDJPar l’intermédiaire d’un e-mailing, Pascal Montredon adresse un message aux buralistes faisant le point sur les relations entre la Française des Jeux et son réseau des détaillants.

Nous le reproduisons ci-dessous intégralement.

« Chers collègues,

Pas un jour sans que nous soyons alertés de problèmes avec la Française des Jeux. Entre tentatives d’implantations « exotiques » et sanctions disproportionnées de collègues… notre partenaire historique fait preuve d’un comportement qui n’est pas à la hauteur du travail et des résultats que nous lui apportons.

La dernière alerte étant cet accord avec Florajet visant pour la vente de jeux dans un réseau d’artisans fleuristes (voir Lmdt du 26 juillet). Certaines propositions de ripostes de différentes chambres syndicales prouvent bien notre ras-le-bol.

Toutes ces nouvelles sont profondément déstabilisantes, alors que nous sommes déjà troublés par les difficultés actuelles et à venir, auxquelles nous sommes confrontés sur les marchés du tabac et de la presse.

À ma demande, j’ai rencontré Stéphane Pallez, en tête à tête, le 7 juillet. Je lui ai exposé tout ce qui remonte du terrain. Ses réponses ont été « politiques », aucune ne m’a rassuré.

Il ressort inéluctablement de cette situation que nous entrons dans une période de rapport de force avec la Française des Jeux.Nous devons répondre à la déstabilisation, à l’éparpillement des implantations et à la concurrence déloyale par la reconnaissance officielle de notre rôle de réseau référent, doté de garanties et correctement rémunéré.

Nous savons, plus que quiconque, qu’une mobilisation forte et totale de nos collègues est problématique pendant la période estivale.Tout ne peut s’inscrire que dans le cadre d’une montée en puissance en fonction d’événements que nous programmons pour la rentrée et que nous validerons en conseil d’administration du 7 septembre.

Mais sachez, d’ores et déjà, que nous avons décidé d’inscrire le statut de réseau référent des jeux, noir sur blanc, dans les premiers chapitres du nouveau Contrat d’Avenir.

Au même titre que le tabac, l’évolution de notre rémunération jeux doit apparaître dans le Contrat d’Avenir.

Dans des conditions comparables au tabac, l’intégrité territoriale et la priorité absolue de notre réseau de détaillants dans les implantations doivent être garanties dans le Contrat d’avenir.

Cela, nous ne l’obtiendrons pas de la direction actuelle de la FDJ.

Mais uniquement des politiques en charge des responsabilités d’un État dont dépend la FDJ et auquel cette dernière doit rapporter. Que ce soit aujourd’hui ou demain.

Ce qui veut dire que notre mobilisation de la rentrée sera prioritairement orientée vers les politiques. Quitte à faire appel aux médias afin de sensibiliser une opinion publique comprenant parfaitement notre combat, comme cela s’est vu récemment dans la lutte exemplaire de nos collègues du Loir-et-Cher contre l’implantation de jeux dans un centre Leclerc à Vendôme (voir Lmdt des 20 juin et 16 mai).

D’ici là, nous vous demandons de ne pas signer le nouveau contrat que vous propose la FDJ, tant que nous ne n’aurons pas mené une étude approfondie sur celui-ci.

Voilà l’information que nous souhaitions partager au cœur de l’été et avant la rentrée.

Et nous restons attentifs à toutes vos suggestions pour cette rentrée décisive à plus d’un titre.

Mais nous ne pouvons réussir que dans l’unité et la coordination d’actions effectives.

Avec toutes nos salutations syndicales »

Pascal Montredon