Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Mar 2019 | Profession
 

Avec la hausse du 1er mars, la différence de prix moyen du tabac dépasse les deux euros, désormais, de part et d’autre de la frontière franco-belge. 

•• France 3 Champagne-Ardenne a consacré, ce 3 mars, un reportage aux fumeurs français qui se rendent de plus en plus en Belgique.

Direction Pussemange, un petit village d’un peu plus de 60 habitants, qui compte … quatre boutiques de tabac. Nous sommes à 15 kilomètres de Charleville-Mézières et à 18 kilomètres de Sedan.

Un couple venant de Chalons-en Champagne vient faire ses emplettes : il dépense 200 euros, la moitié de ce qu’il aurait dû payer en France : « on vient régulièrement, on fume tous les deux, c’est notre consommation personnelle ».

« Tout le monde vient en Belgique, c’est un peu normal » ajoute un autre fumeur ardennais.

« Aujourd’hui, il faut se diversifier pour pouvoir tenir. On ne peut pas vivre avec du tabac » assure une buraliste de Charleville-Mézières.

•• Même impact à Lille : « c’est un coup dur pour le réseau. C’était prévu depuis un an, on l’accepte. Mais ici nous avons une frontière proche. On n’est pas une île et les gens vont s’approvisionner ailleurs.

« Le chiffre d’affaires se maintient mais côté fréquentation, ça se sent. Ils ne viennent plus prendre de café ou s’acheter un briquet … » déclare Christophe Carpentier, président de la délégation des buralistes de Lille-Armentières, dans le journal du matin de Grand Lille TV.