Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Oct 2017 | Profession
 

En Loire-Atlantique, deux commerces ont déjà fermé cette année, un dans le centre-ville de Nantes rue Fouré, l’autre à Chateaubriant. Deux exemples appuyant le message d’alerte publié dans la presse locale à l’attention des parlementaires sur les fortes hausses programmées du prix du tabac (voir Lmdt des 29 et 20 septembre).

« Le début de la fin » craint Philippe Glory (président de la chambre syndicale du département, dans une interview à France Bleu Loire Océan à deux jours de la manifestation du 4 octobre (voir Lmdt du 2 octobre).

« Le paquet le plus vendu dans le monde, en France il est à 7 euros, en Espagne à 4,95 euros, au Luxembourg à 5,50 euros. Si on nous passe le paquet à 10 euros sans que nos voisins augmentent, c’est impossible ! », dénonce Philippe Glory, qui estime qu’il y aurait une vingtaine de bureaux de tabac en sursis dans le département. Autant en Vendée.

En cause, le marché parallèle du tabac déjà bien présent. « La contrebande c’est un très grand souci. Aujourd’hui, rien que sur Nantes, le marché parallèle représente 27 % de la consommation. Sur internet, via facebook il y a des sites qui vendent du tabac ».