Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Juin 2015 | Profession
 

Sylvia PinelLe développement des « Maisons de service public », présenté ce mercredi 24 juin en Conseil des ministres par la ministre du Logement, de l’Égalité des Territoires et de la Ruralité (Sylvia Pinel), est passé – c’est le cas de le dire – comme une lettre à La Poste (voir Lmdt du 23 juin). Rien de bien nouveau donc dans le communiqué, si ce n’est sur les modalités de financement.

« Dans le cadre d’un accord conclu avec La Poste, l’engagement de création de 1000 maisons de services au public sera tenu d’ici à fin 2016 grâce à la transformation de 500 bureaux de poste à faible fréquentation. Ce partenariat facilitera un déploiement rapide des maisons de service au public en maintenant l’effort de présence postale souhaité par le Gouvernement. Labellisées par les préfets de département, après concertation avec les élus locaux – en particulier les maires – et les opérateurs, les maisons de services au public assurent le premier lien entre les usagers et les partenaires signataires tels que notamment Pôle Emploi, les caisses d’allocation familiale, d’assurance maladie, de retraite, de mutualité sociale agricole, La Poste, GrDF ou des opérateurs locaux.

« Un nouveau mode de financement de ces maisons de services au public a aussi été bâti. Dorénavant les opérateurs nationaux présents dans les maisons participeront au financement, comme l’Etat, à hauteur de 25 % des coûts du réseau. En conséquence la part supportée par les collectivités sera allégée et passera à 50 % au lieu de 75 % antérieurement et sera mutualisée au plan national grâce à la réorientation d’une partie des crédits du fonds de péréquation postale ».

Disons-le en termes clairs : voilà comment « les opérateurs » vont être taxés pour maintenir artificiellement 500 bureaux de poste dont l’activité baisse inéluctablement et qui, depuis belle lurette, auraient déjà du être transformés en relais-poste commerçant, voire en agence postale communale.

Quant à l’hypothèse consistant à examiner, sur le terrain, comment on aurait pu s’appuyer sur des buralistes ruraux, elle reste … purement hypothétique.