Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Sep 2020 | Profession
 

C’est pour promouvoir la transformation du premier réseau de proximité que Philippe Coy et Alain Sauvage sont venus, ce lundi, rencontrer leurs collègues de l’Aube (voir 31 août).

Sur les 143 buralistes que compte le département de l’Aube, pour l’instant, 4 ont déjà bénéficié de l’aide à la Transformation et 17 dossiers sont en cours d’étude. Extraits de déclarations de Philippe Coy retenus par L’Est Éclair.

•• « Il ne s’agit pas seulement de relooking mais de véritables services supplémentaires que nous proposons aux buralistes.  À l’instar de la grande distribution, nous leur offrons un accompagnement en communication, marketing et positionnement sur le marché : avec des études sur les besoins des clients; et des conseils quant aux codes couleurs ou au repositionnement des offres ».

•• « Nous permettons aux indépendants que sont les buralistes de bénéficier d’un véritable réseau : c’est capital car, par exemple, nous sommes aujourd’hui la première néobanque française avec 1,3 million de comptes Nickel, il s’en ouvre 35 000 par mois ».

•• « Nous souhaitons donner de la visibilité à cette nouvelle profession que nous sommes en train de créer. Premier symbole de cette transformation, la nouvelle carotte sans le mot tabac : elle représente le commerçant d’utilité locale.

« Nous accueillons 10 millions de clients par jour, nous remplissons une mission d’utilité publique, nous sommes aujourd’hui un tiers de confiance pour la fiscalité locale et un commerçant de proximité qui apporte des services et du confort à la population; avec de la proximité et des amplitudes horaires plus étendues. »