Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Avr 2020 | Observatoire
 

Des fumeurs sous-représentés chez les malades du Covid ?

C’est ce que semble indiquer certaines études, en complément du constat du professeur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique : « on a constaté que l’immense majorité des cas graves ne sont pas des fumeurs, comme si le tabac protégeait contre ce virus, via la nicotine » (voir 9 avril).

La question fait débat.

•• « Fin mars, une étude chinoise, publiée dans le New England Journal of Medicine et portant sur plus de 1 000 personnes atteintes du Covid, a montré que la proportion de fumeurs était 5 fois inférieure au nombre total de fumeurs en Chine. 

« Début avril, une étude américaine portant sur 7 000 malades a montré que 1,3% des patients positifs au Covid étaient fumeurs. Ils sont 13,4 % dans la population générale » énonce le professeur Bertrand Dautzenberg dans Sud-Ouest.

Selon lui, ce supposé « effet nicotine » est « une hypothèse intéressante » mais qui demande encore à être démontrée.

L’explication de cet « effet nicotine » serait à chercher du côté des récepteurs ECA2, poursuit-il : « ils sont la porte d’entrée chez l’homme du Covid-19 par les muqueuses respiratoires. La variation de l’expression de ces récepteurs par le tabac pourrait moduler le risque d’être atteint par la maladie ».

•• Sur France Info, Marion Adler, médecin tabacologue à l’hôpital Antoine Béclère de Clamart, a décrit la même hypothèse : « le mécanisme envisagé serait une régulation des récepteurs ACE2, qui sont des récepteurs particuliers qui permettraient peut-être de diminuer le syndrome inflammatoire et qui permettraient peut-être aussi, grâce à la nicotine, de protéger ».

••S’il estime qu’il est nécessaire de « conduire des recherches pour mieux comprendre », Bertrand Dautzenberg rappelle que « globalement le tabac tue plus de #covid19 qu’il pourrait hypothétiquement en sauver ».