Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Mai 2020 | Observatoire
 

7 % des usagers quotidiens de cannabis auraient cessé toute consommation depuis le début du confinement, contraints pour la plupart par une rupture d’approvisionnement (voir 30 avril). 

35 % d’entre eux l’ont, au contraire, augmentée : une hausse révélée par les premiers résultats intermédiaires de l’étude en ligne Cannavid (voir 25 avril).

Ces données ont été publiées ce 29 avril.

•• Basés sur l’analyse de plus de 4 000 questionnaires complets rendus depuis le 16 avril (10 000 sont visés d’ici la fin du confinement strict prévue le 11 mai), ces résultats montrent une prédominance des hommes de moins de 40 ans parmi les répondants.

Si 30 % des sondés avouent un usage exclusivement récréatif, la moitié d’entre eux utilisent le cannabis également ou exclusivement à titre thérapeutique. 46 % des répondants à l’étude en ligne ont dit avoir constitué des stocks depuis le 17 mars.

•• « Le fait que si peu de personnes aient totalement stoppé leur consommation montre que certaines formes d’approvisionnements n’ont pas disparu pendant le confinement.

« Les premières réponses montrent aussi que l’achat sur des points de vente ou auprès d’amis mais aussi les livraisons sont majoritaires, alors que les commandes sur Internet sont très peu représentées dans l’échantillon » explique Victor Martin, chargé de projet.

•• « Ce qui est surtout frappant et inédit, c’est le nombre important de personnes qui ont répondu à l’enquête. Cela va nous permettre d’étudier l’impact de cette période de confinement sur la santé des consommateurs de cannabis, sous quelque forme que ce soit », détaille Perrine Roux, chercheuse en santé publique à l’Inserm.

« L’utilisation en automédication concerne une grande part de l’échantillon. On va vérifier si l’augmentation de prise du produit par certains consommateurs est liée à cette période anxiogène qu’est l’épidémie ».