Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Avr 2020 | Observatoire
 

Afin de documenter l’impact du Covid-19 sur les usages, les pratiques et la santé des consommateurs réguliers de cannabis, deux associations d’accompagnement – « Bus 31/32 » et « Plus belle la nuit »  – ont lancé, avec l’Inserm (Institut national de la Santé et de la Recherche médicale) le week-end dernier,  une enquête de portée nationale : Cannavid.

L’idée ? « Évaluer l’impact du cannabis sur les autres consommations de substances psychoactives – reports de consommation, par exemple vers les anxiolytiques, l’alcool, – et les stratégies mises en place face au confinement » explique dans La Provence, Victor Martin, chargé de projet.

•• Anonyme, l’enquête a déjà récolté 2 000 réponses en 24 heures. « On ne s’attendait pas un tel retour » remarque le chargé de projet. On estime qu’un million de personnes dans l’Hexagone sont des consommateurs quotidiens de cannabis, parvenir à en toucher 10 000 serait significatif pour décrire la France de la fumette confinée.

« Pour interroger les addictions, cette période est très intéressante. On voit des jeunes qui ont des usages sociaux très valorisants socialement qui se retrouvent en ce moment confrontés au stress, à l’ennui » reprend Victor Martin. « Je pense que chez pas mal de gens, le confinement sera révélateur d’un problème » que pouvait masquer la pratique de la fête.

•• Le cannabis est au cœur de cette étude, mais d’autres types de consommation interrogent actuellement, telle celle d’alcool. « Les liens entre les situations de stress traumatique et la consommation sont tout à fait établis » a expliqué à l’AFP le Docteur Philippe Batel, psychiatre et addictologue en Charente. « Certains points de vente auraient, selon BFM, enregistré une hausse des ventes de boissons alcoolisées de 15 % pendant le confinement ».

« L’angoisse peut mener à des comportements addictifs chez une fraction de la population, mais pas de manière générale » a toutefois tempéré le Docteur Bernard Basset, président de l’Association nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie.