Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
23 Sep 2021 | Profession
 

« Ici, on vend du tabac, mais aussi des spiritueux, des chargeurs de téléphones portables et des coques. On peut y prendre un café à emporter à la machine en libre-service. Le plafond en forme de carotte est rétro-éclairé » … 

Le Courrier Picard revient sur la Journée de la Transformation à Beauvais (Oise, voir 21 septembre) avec un zoom sur « La Carotte » ouvert il y a deux ans.

•• Un bâtiment cosy avec un sol à la matière venue des États-Unis. Du bois plutôt chic. Ambiance presque lounge … « l’architecte a fait un super travail » commente le buraliste qui travaillait auparavant dans la logistique et le transport.

L’investissement global de 500 000 euros – comprenant le coût de construction du bâtiment et l’installation d’un « vap-shop » à côté du bureau de tabac – a reçu une contribution à hauteur de 33 000 euros par le Fonds de Transformation des buralistes.

•• Dans le département de l’Oise, 61 dossiers ont été ouverts pour instruction : soit un buraliste sur cinq prêt à entrer dans cette nouvelle voie.

« Nous avons pris 3 euros d’augmentation des prix du paquet de cigarettes sur trois ans. Il y a donc deux solutions : abandonner ou se battre. On a décidé de se battre pour aller négocier ce fonds et aujourd’hui on constate que ça fonctionne. On a redonné envie aux gens d’investir dans notre réseau. Il y a eu 30 % de transactions en plus en 2020, contre une moyenne de 8 % auparavant » explique Philippe Coy au Courrier Picard.

« Un seul tabac a fermé en l’espace de deux ans dans l’Oise » complète de son côté Serdar Kaya, président de la fédération des buralistes du département.