Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
 

Le conflit se prolongeant, les grands fabricants de cigarettes, qui tous disposent d’implantations en Ukraine et en Russie, prennent des mesures provisoires d’adaptation (voir 5 mars et 26 février).

•• Philip Morris International : suspension de tous ses projets en Russie. Qu’il s’agisse d’opérations commerciales ou d’investissements industriels. Son dispositif industriel actuel voit sa production diminuer dans un contexte de rupture des approvisionnements et de mesures extérieures affectant l’activité.

La Russie a représenté, en 2021, près de 10 % de la production totale de cigarettes et de recharges de tabac à chauffer du groupe selon le magazine Tobaccoreporter. 3 200 personnes travaillent pour PMI en Russie.

En Ukraine, PMI a aidé à l’évacuation de 800 personnes qui se trouvaient dans les zones les plus touchées. Une aide matérielle est apportée à ceux qui restent en Ukraine ainsi qu’à ceux qui se réfugient à l’étranger. Tous ses collaborateurs ukrainiens continuent à être payés malgré la fermeture des usines. L’Ukraine (le groupe y compte 1300 employés et une usine) représente 2 % de la production totale de Philip Morris International.

Jacek Olczak (CEO de PMI) a fait une déclaration : « nous condamnons énergiquement la violence. Nous sommes solidaires avec tous ces innocents qui souffrent. Nous nous associons aux voix nombreuses qui demandent la fin de la guerre immédiatement et la restauration de la paix ».

•• Japan Tobacco International : suspension de tous ses projets en Russie. Notamment le lancement de la Ploom X à tabac chauffé qui était prévu ce printemps. Dans un communiqué, JTI n’exclut pas la possibilité d’un arrêt de sa production en Russie où le groupe compte 4 usines et près de 4 000 employés.

•• British American Tobacco (1 000 collaborateurs en Ukraine et 2 500 en Russie) a suspendu toute activité en Ukraine et a annoncé, hier soir, qu’il se retirait de la Russie.

En Ukraine, BAT annonce s’occuper de l’évacuation et du relogement de ses employés. Ses équipes implantées dans des pays frontaliers de l’Ukraine sont mobilisées dans des taches d’assistance humanitaire.

•• Imperial Brands a suspendu toute opération en Russie, y compris l’activité de son usine de Volgograd. De même en Ukraine où la priorité du groupe est la sécurité de ses 600 collaborateurs.