Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Avr 2014 | Observatoire
 

Début 2013, Terracycle, entreprise canadienne spécialisée depuis dix ans dans le recyclage de déchets de grande consommation, annonçait l’implantation en France d’une chaîne de collecte des mégots de tabac en vue de leur recyclage en objets (voir Lemondedutabac du 24 janvier 2013).

La démarche de Terracycle est de fédérer une chaîne de partenaires : des grandes marques qui soutiennent la collecte et le recyclage de déchets assurés par des bénévoles, cumulant des « points » pour financer, à leur tour, des projets caritatifs. En France, le système s’est rapidement développé sur certains produits : 2,5 millions de stylos ont pu être collectés avec le soutien de BIC.

Terracycle mégotsPour les mégots, cela s’avère plus complexe.
La « Brigade des Mégots », qui a démarré il y a seulement quelques semaines, est qualifiée d’expérimentale. Elle est ouverte uniquement aux associations ayant pour mission le nettoyage. Le site de dépôt de candidature est soumis à l’avertissement « êtes-vous majeur ? ». A ce jour, seraient opérationnels 39 membres dont le bilan atteint 182 832 « unités » (mégots) collectées.

Une association brestoise « La Cavale verte », s’occupant de compostage et de recyclage, témoigne de certaines embuches. Entre « collecte peu ragoutante » aux dires des bénévoles et l’absence de … mégots à récolter.

L’association a obtenu, de la mairie de quartier, la création de premiers points de collecte : en l’occurrence, « quelques cendriers » à l’entrée de bâtiments, vidés puis entreposés dans des seaux hermétiques par les agents d’entretien. En un mois, quelques demi-seaux ont été recueillis.

Rien n’est réglé, ensuite, au niveau du recyclage. Selon un témoignage, les meubles fabriqués, à base de compost de mégots et de cendres, dégageraient toujours une odeur du tabac … La partie n’est pas gagnée.