Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
8 Mai 2017 | Observatoire, Profession
 

Comment va commencer à agir ce jeune président qui ne dissimule guère son plaisir impatient à exercer ses nouvelles fonctions ?

Que pense vraiment cet homme pressé, doté d’une intelligence perçante, propulsé par une ambition sans limites et ayant su vite conquérir un vieux système dont il aura utilisé les clés, sans égards.

En dehors des prises de position officielles qui lui ont été attribuées – sur les sujets nous concernant (voir Lmdt du 7 mai) – que savons-nous d’Emmanuel Macron et de son entourage ?

•• Un certain après-midi de juin 2014, devant plusieurs témoins dans son bureau du premier étage de l’aile gauche de l’Élysée, Emmanuel Macron assure à Pascal Montredon et Jean-Luc Renaud que le paquet neutre « n’est pas à l’ordre du jour du prochain plan de lutte contre le tabagisme, le président de la République ayant arbitré contre » (voir Lmdt du 18 juin 2014).

Trois mois après, Marisol Touraine annonce le paquet neutre dans son plan (voir Lmdt du 25 septembre 2014).

•• Entre temps, Emmanuel Macron avait quitté ses fonctions de secrétaire général adjoint de l’Élysée pour quelques semaines sabbatiques et avec des projets dans la tête, avant de rejoindre le poste de ministre de l’Économie, à l’occasion de la constitution du gouvernement Valls 2.

Dès lors, il va rencontrer à plusieurs reprises les représentants des buralistes : dans une ambiance toujours cordiale mais sur laquelle pesait le souvenir de l’épisode précédent. Le jeune ministre se risquant encore à évoquer la nécessité d’un report, hypothèse vite oubliée sous la pesanteur de la solidarité ministérielle …

Dans ces échanges de l’époque, Emmanuel Macron ne parlait pas encore de l’urgence « d’une génération sans tabac » et sa curiosité était surtout aiguisée par les avantages ou les inconvénients de la cigarette électronique : « Brigitte m’en a parlé ».

•• Au cours de cette étonnante campagne électorale, les échanges entre l’état-major d’Emmanuel Macron et la Confédération ont essentiellement été assurés par ses anciens collaborateurs de Bercy (voir Lmdt du 24 février 2017). Maîtrisant bien leurs dossiers, forcément, mais comme toujours de façon ponctuelle : l’identification des joueurs et acheteurs du tabac, par exemple.

Toujours parmi les sujets techniques connus par son équipe : la traçabilité du tabac, au sens de son indépendance par rapport à l’industrie. Et pour une mise en œuvre rapide (voir Lmdt du 20 mars 2017).

Sinon, le « référent » Santé de l’équipe d’En Marche est le docteur Olivier Véran, ancien député PS de l’Isère et ardent promoteur du paquet neutre.

•• Mais il est vrai que le nouveau Président de la République entend « casser les codes » et rassembler « une nouvelle majorité politique de diversité ».

Quels rôles y joueront les ralliés de la campagne ?

François Bayrou ou Jean-Yves Le Drian qui entretiennent toujours de solides relations avec les buralistes de leurs régions ?

Renaud Dutreil, artisan du premier Contrat d’Avenir des buralistes ?

Jean-Baptiste Lemoyne, seul parlementaire LR à avoir rejoint officiellement le candidat d’En Marche ? On connaît la fougue qu’il a employé contre le paquet neutre au Sénat. On sait sa connaissance des dossiers du réseau des buralistes (voir Lmdt des 20 octobre et 22 juillet 2015).

Il faudra rapidement décrypter la constitution du prochain gouvernement. Sans Marisol Touraine, fort probablement. Quand même.

À suivre.