Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Mai 2016 | Institutions
 

Philippe-Douste-BlazyDans un entretien accordé au Journal du Dimanche, ce dimanche 8 mai, l’ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy annonce qu’il est candidat à la direction de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé / voir Lmdt des 29 et 25 avril ainsi que du 2 février) dont l’élection est prévue en mai 2017.

Il se prévaut du soutien de François Hollande : « il mène cette campagne depuis l’instant où nous en avons parlé, il y a près de six mois. Il s’agit de la candidature d’un pays et non d’une personne (…) La santé devient un enjeu majeur de politique internationale dans les années à venir ».

Il est sûr que s’il soutient vraiment cette candidature (il serait intéressant de savoir ce qu’en pense Marisol), l’Élysée pourra mettre en avant l’adoption par la France du paquet neutre, ainsi que la ratification par le Parlement du protocole OMS du 12 novembre 2012 contre le commerce illégal du tabac (voir Lmdt du 28 octobre 2015).

Et l’on peut compter sur l’habileté de l’ancien ministre pour frayer sa voie au sein de l’organisation internationale ainsi que parmi les différents groupes de pression politico-économiques qui y exercent leur influence. Philippe Douste-Blazy est président d’Unitaid (organisation internationale d’acheminement de médicaments et de financement d’innovations dans les thérapies de grandes maladies).

De même, au printemps 2004, il s’était montré auprès du président des buralistes de l’époque – René Le Pape – partisan d’une politique anti-tabac plus « équilibrée et réfléchie » que celle de son prédécesseur à la Santé, Jean-François Mattei, dont la mise en œuvre du « plan Cancer » de Jacques Chirac s’était traduite par une très forte hausse des prix, avec la déstabilisation correspondante de nombreux buralistes frontaliers.

Lors de sa carrière politique toulousaine, Philippe Douste-Blazy avait pour habitude de répondre aux invitations du président régional Gérard Vidal et de prendre la parole aux réunions des buralistes.