Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Jan 2017 | Profession
 

Dans les Départements d’Outre-Mer, comme en métropole, l’arrivée des paquets neutres est un véritable casse-tête pour les vendeurs de tabac (il n’y a pas de statut de buraliste dans les DOM) qui doivent repenser toute leur logistique et leur linéaire.

Sauf, qu’en plus, les retards du Gouvernement dans les textes a entraîné des contretemps dans la production plus fortement ressentis dans les Dom du fait de l’éloignement et des délais d’approvisionnement (deux à trois mois supplémentaires).

Résultat : à ce jour, en Guadeloupe, certains débitants continuent de vendre des anciens paquets.

• Et, à chacun de se renvoyer la balle. « Les importateurs connaissaient les règles » précise Didier Greffet, chef du pôle d’action économique à la direction régionale des douanes de la Guadeloupe, « ils avaient largement le temps d’anticiper pour écouler leurs stocks. Une note leur a d’ailleurs été envoyée par nos soins le 25 octobre ».

Ce à quoi répond un importateur, sur place : « je ne pense pas que la reprise va pouvoir s’organiser ici. Certains débitants ont donc pris le parti de vendre les anciens paquets. C’est une histoire de quelques jours. Ils auraient tort de s’en priver puisque le contrôle n’est pas organisé. Les douanes et l’Agence régionale de santé se renvoient la balle. Dans l’Hexagone, c’est la douane qui veille au grain ».

• Autre particularité : du retard à l’allumage pour certaines marques. Deux d’entre elles sont actuellement introuvables en Guadeloupe. Et pour cause, l’importateur concerné recevra le gros de la livraison … en mars. « Nos fabricants ont été pris de court et ont donné la priorité aux paquets destinés à l’Hexagone » explique le responsable, « j’ai, pour le moment été dépanné d’une cinquantaine de caisses ».

• Ce qui va apporter un peu plus de grain à moudre au marché parallèle du tabac qui représente 30 % du marché global. Les cigarettes de contrebande proviennent pour la plupart de Saint-Martin où elles sont achetées une bouchée de pain. Les paquets avec la mention « export » de Saint-Martin pourront donc continuer de se fondre dans la masse.