Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
22 Déc 2014 | Pression normative
 

Débat musclé, si ce n’est explosif, sur le paquet neutre (générique) entre le professeur Yves Martinet (pneumologue au CHU de Nancy et président du Comité national contre le Tabagisme / CNCT), « un vieux routier » de la cause et le jeune Hervé Garnier (président de la chambre syndicale des buralistes de Meurthe-et-Moselle) réunis par Le Républicain Lorrain, vendredi 19 décembre.
P Neutre Débat

•• D’emblée une  vision opposée, comme on peut s’en douter, sur l’efficacité du paquet générique :
• Hervé Garnier n’y croit pas,  s’appuyant sur les chiffres australiens : un 0,3 % de hausse des ventes de cigarettes en 2013 et l’explosion de 21 % du marché parallèle.
• Yves Martinet y croit : « Le paquet neutre mettra fin au dernier outil de promotion du tabac. Le paquet neutre modifiera le comportement du fumeur et du pré-fumeur », en mettant en avant d’autres données (baisse de 3 % du nombre de fumeurs entre 2010 et 2013 –  soit une tendance déjà constatée avant l’instauration du paquet neutre – et 60 % d’appels supplémentaires vers l’équivalent australien de Tabac Info service).

•• A mi-parcours du face-à-face, intervient une brève séquence de vrai dialogue … sur un sujet très hypothétique : l’harmonisation des prix  du tabac au niveau européen :
. « OK pour la paquet neutre mais partout en Europe. On n’est pas contre un prix élevé, on veut juste qu’il soit le même pour tout le monde » déclare Hervé Garnier.
. « Nous aussi » approuve Yves Martinet », « le Luxembourg a un rôle de dealer au centre de l’Europe. Il se fait une santé sur la maladie des Lorrains, des Wallons et des Allemands. Malheureusement, cette harmonisation est impossible. C’est un pouvoir régalien de chaque État-membre ».

•• Et, brutalement, le ton monte après la remarque d’Hervé Garnier « alors, tout ce qui est fait, c’est de la politique de santé-spectacle, à coup d’annonces ! ».

. Yves Martinet, en colère : « Si vous voulez du spectacle, venez voir des patients atteints de cancer. Vous me direz après si les mesures proposées, c’est du spectacle. La vérité, c’est que vous gagnez votre vie en vendant un produit qui tue. Et que votre objectif, c’est d’en vendre un maximum. 73 000 morts par an, ça veut dire qu’un buraliste est responsable directement de trois morts par an. S’il travaille 30 ans, ça fait 100 ».

. Hervé Garnier, à son tour en colère : « Vous nous traitez de tueurs et de marchands de mort. Mais votre profession est-elle irréprochable ? Voulez-vous qu’on parle des erreurs médicales ? Nous sommes les préposés de l’État. S’il veut  supprimer notre activité, qu’il nous rachète nos 26 500 carottes ! ».

. Yves Martinet, sur la défensive : « C’est hors de propos. On ne peut pas arrêter du jour au lendemain, car c’est une drogue. La solution en France, on la connaît. Mais on manque de courage politique. Commençons par faire appliquer les trois lois demandant : les interdictions de vente aux mineurs; de faire de la publicité sur les lieux de vente ; et de fumer dans les lieux publics, notamment dans  les bars à chicha. Après, tout en instaurant le paquet neutre, il faut poursuivre l’augmentation des prix. Et enfin, il faut aider les fumeurs à arrêter en remboursant les traitements de la dépendance ».

. « Puisqu’on parle de loi à faire appliquer », rétorque Hervé Garnier, « quels moyens va-t-on mettre en place pour faire respecter la dernière en date : l’interdiction de vente de tabac sur internet ? ».