Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
5 Avr 2017 | Profession
 

Au cœur de la campagne présidentielle et lors de la tenue des assemblées générales des chambres syndicales, les langues se délient. Exemples de retombées dans la presse régionale.

•• Si ses clients abordent, dans son café-tabac-presse, la future présidentielle de façon imprécise, un buraliste de Calais a ses idées, confiées à Nord Littoral de ce lundi 3 avril : « on est le premier commerce de proximité dans les quartiers et on ne nous fait aucun cadeau, c’est même plutôt l’effet contraire ».

Pour José Brouillard, « on a multiplié pendant des années des interdictions qui aujourd’hui ne font pas vraiment sens. » Et le gérant de donner deux exemples : « quand on interdit les jeux aux moins de 18 ans alors qu’ils peuvent légalement télécharger des applis sur le web, ce n’est pas très logique. De la même façon, quand on a les parents qui viennent jouer avec leurs enfants, on va dire quoi, on va faire quoi ? Je trouve tout ça un peu ridicule ». Alors José attend qu’« on allège quelque peu la pression pour soulager le petit commerce ».

•• « Encore une année où les buralistes souffrent » a déclaré Hervé Garnier (président de la chambre syndicale des buralistes de Meurthe-et-Moselle) en ouverture de l’assemblée générale qui s’est tenue ce week-end. En incriminant l’arrivée du paquet neutre avec pour conséquence « une concurrence déloyale qui décrédibilise et fragilise de plus en plus le réseau des buralistes ». À laquelle s’ajoute des mesures « disproportionnées par rapport à la réalité du terrain » comme les hausses de prix. De quoi favoriser les achats dans les pays frontaliers.

Le journaliste a noté la présence, sur la tribune, d’un tract invitant à se rendre à Audun-le-Tiche, dimanche 9 avril, pour une manifestation « Stop aux marchés parallèles » avec barrage filtrant vers le Luxembourg (voir Lmdt du 29 mars).