Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Avr 2017 | Profession
 

Malgré l’entrée en vigueur au début de l’année du paquet neutre en France, décrié par les buralistes et les cigarettiers, les ventes de cigarettes ont rebondi au premier trimestre, après une année 2016 en recul, reprend l’AFP dans une nouvelle dépêche (voir Lmdt de ce jour).

« À ce stade, il n’y a aucun indicateur qui montre l’effet du paquet neutre » sur la consommation de cigarettes en France, interprète Éric Sensi-Minautier, directeur de la communication chez British American Tobacco (BAT), propriétaire de marques comme Lucky Strike et Dunhill, toujours selon l’AFP.

•• De son côté, le Professeur Dautzenberg, pneumologue investi dans la lutte contre le tabagisme, est catégorique : « nous n’attendions pas que le paquet neutre fasse baisser les ventes de cigarettes. Nous attendons plutôt un ralentissement de l’initiation des jeunes, se retrouvant perdus face au mur de paquets identiques chez leur buraliste ».

En 2016, les ventes de cigarettes avaient reculé de 1,2%, en raison de l’impact du marché parallèle (c’est-à-dire les achats à l’étranger ou de contrebande) selon les buralistes et cigarettiers, quand les professionnels de santé assurent que cette baisse, accentuée sur les mois de novembre et décembre, est liée à l’arrivée du paquet neutre dans l’Hexagone.

•• Un arrêté publié en mars par Bercy et le ministère de la Santé a relevé le « minimum de perception » sur les cigarettes et le tabac à rouler, ce qui revient à imposer une hausse des taxes sur les paquets les moins chers, qui pourrait intervenir dans les semaines à venir. Interrogé par l’AFP sur le calendrier de la mise en œuvre de l’arrêté, Bercy n’était pas en mesure de donner de précisions.

•• Pour le Pr Dautzenberg, « il est avant tout nécessaire de jouer sur les taxes, de manière à faire augmenter le prix du paquet de cigarettes. C’est ce que devra entreprendre le prochain président de la République », lance-t-il.

Certains candidats à la présidentielle tels qu’Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon se sont déclarés favorables à un paquet de cigarettes à 10 euros dès 2017, quand François Fillon et Marine Le Pen s’y opposent (voir Lmdt du 12 avril).

•• La dernière hausse des prix du tabac, intervenue en février dernier, a eu peu de répercussions en ce qui concerne les cigarettes. Les prix des paquets de tabac à rouler ont eux subi une plus forte augmentation.

En France, ce sont les fabricants de tabac, et non l’État, qui fixent les prix de vente aux consommateurs, même si les taxes diverses en représentent plus de 80%. La dernière hausse notable et généralisée des prix du tabac dans l’Hexagone remonte à 2014, conclut l’AFP.