Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
11 Mai 2016 | Trafic
 

Epicerie NimesEn février dernier, le patron d’un libre-service de Nîmes avait été verbalisé une première fois pour vente illégale de tabac, puis une seconde fois … quelques jours plus tard. La sanction de la préfecture du Gard vient enfin de tomber : trois mois de fermeture administrative.

Selon le Midi Libre, en 2016, la préfecture du Gard a déjà ordonné la fermeture pour trois mois de deux commerces vendant des cigarettes en toute illégalité. En 2015, un point-phone avait fait lui aussi l’objet d’une fermeture administrative (voir Lmdt du 16 septembre 2015, ainsi que des 6 novembre et 27 février 2015). Trois autres procédures seraient en cours.

« C’est une bonne chose » commente Ghislaine Mazoyer, la présidente de la chambre syndicale des buralistes du Gard, « malheureusement, il y a un bémol. Les commerces fermés rouvrent quelques rues plus loin. Ce n’est pas facile pour les buralistes et pour la préfecture. Nous souhaitons que la loi évolue vers une fermeture définitive de ces commerces ».