Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Juil 2021 | Trafic
 

Devant la cour d’assises de Saône-et-Loire, sept Lyonnais ont répondu, depuis ce lundi 28 juin, du braquage d’un camion de cigarettes commis il y a quatre ans à Sagy (voir 21 mars 2017, 23 septembre 2020).

Ils avaient prévu de s’expliquer mais ne disent pas grand-chose … En fait, ils n’étaient pas là. De vrais braqueurs fantômes. Compte-rendu du début de l’audience dans le Journal de Saône-et-Loire.

•• Un des principaux accusés de ce procès – prévu pour se terminer le 6 juillet – ne s’est pas présenté. Une absence attendue puisque l’homme est recherché depuis septembre 2020. Il a complètement disparu des écrans radars.

Durant l’instruction, c’est pourtant lui qui a le plus parlé en fournissant divers détails sur cette opération coup de poing partie de Lyon, le 20 mars 2017 au petit matin et stoppée net par les gendarmes, à Sagy dans la Bresse. Employé dans la société de logistique chargée d’approvisionner les buralistes, l’homme était ce jour-là dans le camion de livraison.

L’enquête a montré sa complicité dans les faits. En effet, pendant le trajet Lyon-Sagy, il a très régulièrement échangé par SMS avec un autre homme, assis dans une fourgonnette louée dans la région lyonnaise et devant servir à récupérer la marchandise une fois le braquage commis.

•• Deux des individus dont la participation est actée ont également déposé à la barre.

Le premier, un Lyonnais âgé de 23 ans au moment des faits explique toute de suite à la présidente qu’il est prêt à collaborer. Mais il a indiqué ensuite ne connaître aucun des coaccusés, juste avoir conduit la camionnette et posé de fausses plaques. Il avait été interpellé par les gendarmes aux côtés d’un autre homme … qu’il ne connaît évidemment pas.

Le deuxième accusé, interpellé par les gendarmes à proximité du bureau de tabac de Sagy a expliqué être monté dans la camionnette. C’est lui qui échangeait avec le complice présent dans le camion de cigarettes. Sa téléphonie a parlé mais il a choisi de botter en touche devant la cour d’assises. Un de ses meilleurs amis, également sur le banc des accusés ? Jamais vu, il ne le connaît pas non plus …

À suivre.