Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
10 Nov 2021 | Institutions, International
 

Alors que l’on parle beaucoup de la COP 26 sur le climat de Glasgow, les médias se sont moins intéressés à une autre COP. La COP 9 pour la lutte anti-tabac.

En effet, depuis lundi et jusqu’à samedi se tient sous forme virtuelle (et non à La Haye comme nous l’avions annoncé par erreur) une autre COP sous l’égide de l’Organisation mondiale de la Santé.

Il s’agit de la Conférence des Parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac : la COP 9 qui devait se tenir à La Haye avant la crise sanitaire (voir 23 octobre 2018 et 29 avril 2020). Là où se dessinent les grandes lignes de politiques ensuite fortement suggérées aux États (fiscalité, paquet neutre, suppression des arômes, etc.).

•• Ces débats se caractérisent par le fait que l’industrie du tabac en soit totalement exclue sous prétexte que ses interventions créent la confusion en mettant en avant des alternatives au tabac à moindres risques …

Donc il faut être dûment identifiés ou accrédités pour accéder à la conférence, ce qui ne garantit pas pour autant le droit d’y intervenir. De plus, les débats ne sont pas ouverts au public. Ce qui n’est pas le cas à Glasgow où même les producteurs d’énergie sont admis et peuvent présenter leurs innovations.

En conséquence, les intervenants aux débats sont donc uniquement des membres de divers ministères de la santé, d’agences des Nations Unies ou des « représentants de la société civile » (des associations anti-tabac), tous mobilisés contre « l’épidémie du tabac qui tue plus de 8 millions de personnes par an dans le monde ».

•• 148 pays « parties prenantes » sont représentés sur place. Les deux-tiers ont déjà mis en place des avertissements sanitaires sur les conditionnements du tabac. Et 17 ont adopté le paquet neutre.

Il ressort des premiers débats, depuis lundi, que le manque de financement pour appliquer pleinement les directives de l’OMS soit un problème soulevé par de nombreuses délégations. D’où l’idée de créer un fond d’investissement spécifique qui viendrait supporter certaines initiatives anti-tabac des États ou des associations …

Rappelons qu’une centaine de médecins et experts indépendants ont récemment publié une tribune s’adressant aux parties de la COP pour demander l’utilisation d’alternatives à la cigarette dans la lutte contre le tabagisme (voir 25 octobre).