Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
1 Déc 2021 | Institutions
 

Avec les Assises du Commerce, le Gouvernement lance trois semaines de réflexions sur l’activité des commerçants, petits et grands, secoués par la crise.

Objectif : tracer les lignes d’une vision à 2030 et soutenir les investissements nécessaires aux transitions digitale et environnementale.

L’approbation du président de la République et la présence d’au moins quatre ministres lors de leur lancement soulignent l’importance que le Gouvernement donne aux Assises du commerce, souligne Les Échos. L’événement est inauguré mercredi 1er décembre à Bercy par Bruno le Maire, ministre de l’Économie, Élisabeth Borne et Jacqueline Gouraud, ses homologues du Travail et des Territoires ainsi qu’Alain Griset, ministre des PME en charge du commerce qui assure l’organisation.

•• Il durera trois semaines et les conclusions des ateliers de travail seront rassemblées en janvier. Les débats ont été regroupés autour de quatre thèmes : la consommation et ses évolutions, les territoires, la fiscalité et l’investissement, les hommes. Cet après-midi, Philippe Coy y représentera la Confédération nationale des buralistes.

« Le commerce est un secteur divers, qui s’étend de la petite boutique indépendante à Amazon » commente la porte-parole d’Alain Griset, « nous avons tous vu au moment de la crise et de la fermeture de nombreux magasins combien ils étaient essentiels au lien social. »

•• Le cœur des discussions auxquelles participeront près de 200 parties prenantes tournera autour de la transformation digitale et de la transition environnementale.

Pendant la pandémie, les ventes sur Internet ont explosé. La digitalisation a progressé autant en un an qu’en deux ou trois en temps normal. Les ventes en ligne du troisième trimestre 2021 sont supérieures de 20 % à celle de 2019, calcule la Fevad, fédération de l’e-commerce.

Si depuis le déconfinement, les consommateurs achètent plus et les chiffres d’affaires retrouvent les couleurs du passé, des changements durables sont apparus. La baisse de la fréquentation des lieux de commerce s’est accélérée. Sur une base 100 en 2013, elle atteint 70 pour les centres-villes et 60 pour les centres commerciaux, selon l’Observatoire Procos/Stackr.