Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
10 Août 2016 | Profession
 

Casino Shop BlagnacAprès le Monop’ Station d’Épinal (voir Lmdt des 8 et 5 août), le Casino de la gare de Libourne (voir Lmdt du 5 août), la grogne des buralistes se tourne vers le Casino Shop de l’aéroport de Blagnac (à l’origine, un débit spécial repris à Relay) qui mêle produits alimentaires, presse, livres, cadeaux et … tabac.

Ce qui tend à montrer que la grande distribution profite de tous les appels d’offre sur les débits spéciaux (en gares et aéroports) pour intégrer – d’une façon ou d’une autre, plus ou moins discrètement – le tabac à son offre. 

« Alors que le tabac fait l’objet de fortes mesures de prévention  on va vendre ce produit considéré  légitimement comme dangereux dans les supérettes », s’étonne Gérard Vidal, président de la fédération Midi-Pyrénées dans La Dépêche du Midi de ce jour. « C’est à l’opposé d’une politique de santé publique , c’est complètement aberrant ».

« Le traité de gérance accordé par l’État précise que, dans les bureaux de tabac, le gérant doit être lui-même en permanence derrière le comptoir. Les vendeurs de ces magasins ne sont, eux, pas habilités à vendre du tabac. Ça ne correspond pas au traité », assure Gérard Vidal. « On va lutter sur le sujet », promet-il.

Selon le quotidien, côté Casino, une source proche du dossier précise que « cette situation reste très marginale puisqu’elle ne concerne que moins d’une dizaine de points de vente Casino en France, et un seul en Haute-Garonne (…) La vente de tabac se cantonne aux lieux de flux comme les aéroports et les gares, lorsque le groupe reprend d’anciens emplacements vendant déjà ces produits. Il n’y a aucune volonté de Casino de s’engager dans la vente de cigarettes ».

Si le groupe a effectivement obtenu l’agrément délivré par les douanes, en revanche, « motus et bouche cousue sur l’habilitation des employés de Casino à vendre du tabac ».