Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
23 Oct 2021 | Profession
 

Selon un article publié dans Nature Human Behaviour, des chasseurs-cueilleurs – installés à l’ouest du Grand Lac Salé (actuellement l’État américain de l’Utah) – y auraient consommé du tabac, il y a environ 12 300 ans. Les indices retrouvés sur place (sur le site de Wishbone) seraient le premier témoignage d’un tel usage, antérieur de 9 000 ans à ce que l’on pensait jusqu’ici, rapporte Le Parisien.

En effet, on a récemment trouvé, en Alabama, des résidus de tabac dans des pipes datant d’environ 3 000 ans, soit avant l’apparition de l’agriculture dans ces régions.

•• Sur le site de Wishbone, l’anthropologue américain Daron Duke et ses collègues ont donc identifié une ancienne cheminée et dans le foyer vieux de 12 300 ans, ils ont trouvé les restes de quatre graines de tabac carbonisées.

Les chercheurs estiment que ces graines n’ont pas brûlé par hasard. Ils en veulent notamment pour preuve que la plante ne poussait pas dans cette zone et donc qu’elle y aurait été apportée. D’autres vestiges sur le site de Wishbone suggèrent que le tabac servait bien à la consommation humaine.

Les restes trouvés dans la cheminée comprenaient des ossements appartenant à diverses espèces, dont de nombreux oiseaux, pour lesquels le tabac est toxique. Ce tabac ne pouvait donc se trouver là après avoir été ingéré par ces animaux mangés ensuite par les humains. Brûlant très vite, la plante n’aurait pas pu, non plus, être utilisée comme combustible, estiment les scientifiques.

•• En procédant par élimination, ils assurent donc que ces graines ont été déposées dans le foyer avec des feuilles ou des chiques. Cependant, les auteurs de l’étude ne se prononcent pas sur le fait que ce tabac ait été plutôt fumé ou mâché.

« Il existe de nombreuses preuves archéologiques dans la région attestant que les gens ont utilisé des chiques à travers le temps. Ces chiques trouvées dans des grottes sèches et des abris sous roche, où il y a une bonne conservation, ont été examinées et montrent qu’elles contiennent parfois des graines de tabac ». Ces résultats semblent indiquer que ce tabac sauvage a été utilisé par les humains pendant des milliers d’années avant d’être exploité dans un cadre agricole.