Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Déc 2020 | Profession
 

Alors que les premiers vaccins contre le coronavirus commencent à débarquer, de façon plus ou moins organisée, la bio-tech américaine Kentucky BioProcessing (KBP) – filiale du groupe BAT (British American Tobacco) – lance de premiers essais cliniques pour un vaccin anti-Covid-19 ayant recouru à la feuille de tabac pour son élaboration (voir 17 mai et 1er avril).

Les résultats sont attendus pour la mi-2021 et KBP espère ensuite passer en phase 2, sous réserve du feu vert réglementaire de la FDA américaine (Food and Drug Administration).

•• KBP est, en effet, parvenu à cloner un morceau de la séquence du Covid-19, ce qui a aidé à développer une molécule permettant de produire des anticorps à même de protéger contre le virus.

La feuille de tabac à laquelle la biotech a recours présente des propriétés particulières aux multiples avantages, constituant, selon KBP, un environnement favorable à une production plus efficace et rapide d’anticorps qu’avec les techniques traditionnelles. Avec notamment une reproduction plus rapide des antigènes.

Cette technique permet donc de fabriquer plus vite le vaccin qui aurait la capacité d’être stable à température ambiante, alors que d’autres vaccins contre la Covid-19 doivent le plus souvent être conservés à très basse température.

Dans le même temps, la biotech développe un vaccin contre la grippe, qui va également entrer en phase 1.

•• « C’est notre technologie unique à base de plante (…) qui nous a permis de faire ces progrès et de répondre à un besoin urgent de traitements et de vaccins efficaces », souligne David O’Reilly, directeur de la recherche scientifique chez BAT.

« Au titre d’entreprise engagée dans la construction d’un Better Tomorrow (voir 30 mars), nous sommes fiers de prendre notre part dans le combat général contre le virus et de pouvoir contribuer à la solution ».

•• KBP s’était pour sa part déjà illustrée en 2014 en mettant au point un traitement contre Ebola.

D’autres biotechs comme la canadienne Medicago utilisent aussi des feuilles de tabac pour la mise au point de vaccins (voir 13 avril).