Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
27 Juin 2024 | Trafic
 

Au terme de deux jours daudience (24 et 25 juin), devant le tribunal correctionnel de Bordeaux – dans le cadre dun trafic de cigarettes entre la région parisienne et lagglomération bordelaise – dix prévenus sont désormais fixés sur leur sort judiciaire. Certains ont déjà annoncé leur intention de faire appel.

Le 12 mars 2021, un automobiliste arrivant de la région parisienne est contrôlé par les douaniers au péage de Virsac. 25 cartons remplis de cartouches de cigarettes sont saisis à bord de son véhicule. Le point de départ dune enquête tentaculaire du Service d’Enquêtes judiciaires des Finances (SEJF) des Douanes.

•• D’interceptions téléphoniques en surveillances physiques, d’investigations sur les contacts en vérifications sur des locations de voitures et de box, d’auditions en études sur les transferts de fonds et les trains de vie, de transactions en saisies et en interpellations, les agents vont suivre et remonter la trace des contrebandiers et du tabac qui sest avéré contrefait. 

Les enquêteurs vont aussi préciser le rôle de chacun :
. les deux donneurs d’ordre, semi-grossistes et revendeurs,
. le responsable d’un véritable centre d’appels pour les commandes,
. les livreurs et vendeurs,
. les transporteurs et collecteurs d’argent,
. et un fournisseur de la région parisienne.

•• Convois avec voiture ouvreuse et arme à bord jusqu’en Gironde, commandes en ligne sous forme de menus ou via un centre d’appel, « flotte » de vendeurs, patrimoines conséquents en inadéquation avec les revenus, « 52 000 euros par ici, 19 000 euros par-là » réinjecté dans le circuit légal, lieux de transaction mobiles : « cest un marché parallèle dont les modes opératoires nont rien à envier au narcotrafic » a souligné le substitut  du Procureur  qui a requis de sept mois de prison avec sursis contre des transporteurs à quatre ans contre le gestionnaire du centre d’appels et cinq ans contre les donneurs d’ordre, semi-grossistes et revendeurs.

Les peines de quatre et cinq ans ont été confirmées. Des peines de six mois avec sursis à trente-six mois dont vingt-quatre avec sursis ont également été prononcées.

Sur la base des saisies effectuées dans ce dossier, les Douanes  ont demandé et obtenu une amende douanière de 360 779 euros, une amende fiscale de 5 000 euros et une pénalité fiscale de 337 325 euros.